Maroc: El Yazami pour une participation citoyenne active aux mécanismes de démocratie représentative

Driss El Yazami, président du Conseil national des droits de l’homme (CNDH), a affirmé, lundi, que les modalités d’encouragement de la participation citoyenne aux mécanismes de la démocratie représentative et participative et de la promotion du rôle de la société civile et du système éducatif en tant que levier de citoyenneté et de la culture des droits de l’homme, représentent un défi fondamental qui transcende tous les autres défis.

Présentant le bilan de l’activité du CNDH pour la période allant de mars 2011 à fin 2013, devant les deux chambres du parlement, M. El Yazami a indiqué que le premier défi réside dans la réalisation de l’égalité homme/femme, la parité et la lutte contre la discrimination, rappelant que le Conseil a consacré son premier mémorandum au cadre juridique relatif à l’instance de parité et de lutte contre toutes les formes de discrimination, tout en accordant un intérêt particulier à l’élaboration du cadre juridique régissant la lutte contre la violence à l’égard des femmes et des petites-filles et à celui des travailleurs domestiques.

Le deuxième défi, a-t-il poursuivi, se rapporte au système judiciaire, lequel s’articule autour de la consécration de garanties d’un procès équitable, dont l’accès à la justice, l’indépendance du pouvoir judiciaire, la lutte et la prévention contre la torture, la garantie des droits des personnes privées de liberté, l’amélioration du système pénal, particulièrement à travers l’intégration des peines alternatives, la révision du cadre juridique de la grâce, notant que le CNDH a consacré à tous ces défis plusieurs mémorandums et rapports.

Le troisième défi a trait, selon le président du CNDH, à la consécration des garanties des libertés publiques (associations, manifestations pacifiques et presse), ajoutant que le Conseil a adopté un mémorandum sur la liberté des associations et penche actuellement sur la publication d’une étude sur la liberté de manifester pacifiquement. Le CNDH a aussi accordé une importance à la promotion du cadre juridique de la presse et de l’édition, a-t-il poursuivi.

Quant au quatrième défi, il consiste en la consolidation du cadre juridique et des libertés publiques relatives à la garantie des droits des catégories en situation de précarité, notamment les handicapés, les enfants, les personnes âgées, les étrangers et les réfugiés. Il a souligné la contribution du Conseil à toutes ces thématiques.

Il a ajouté que ces défis s’inscrivent dans la vision du CNDH, de ses objectifs stratégiques et de son agenda, ainsi que ses propositions que ce soit sur le plan normatif que celui des politiques publiques.

Aussi, le Conseil considère-t-il que la priorité des priorités réside dans la publication de la loi créant l’instance de parité et de lutte contre toutes les formes de discrimination et la loi de lutte contre la violence à l’égard des femmes , le cadre juridique des conditions du travail des travailleurs domestiques.

Pour relever une bonne partie de ces défis, particulièrement ceux relatifs au domaine de la protection, il faut doter le système juridique marocain des mécanismes de protection contre la torture, recevoir les doléances des enfants victimes de violation de leurs droits et la lutte contre la discrimination, dans une action complémentaire avec le travail l’instance de parité et de lutte contre toutes les formes de discrimination et la protection des droits des handicapés.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite