Mali : “exécutions sommaires” confirmées

L’armée malienne a confirmé lundi des "exécutions sommaires" de soldats et de civils commises lors de l’offensive menée par la rébellion touareg le 24 janvier contre la ville d’Aguelhok (nord-est). "Il y a eu effectivement des exécutions sommaires ce jour, des personnes ont été égorgées, d’autres ont tout simplement reçu une balle dans la tête ", a déclaré le colonel Idrissa Traoré, chef de la Direction de l’information et des relations publiques des armées (Dirpa) du Mali.

Selon lui, il y a eu des "civils" parmi les victimes de ces exécutions qui, a-t-il affirmé, ne peuvent avoir été commises que par "ces gens" d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Le ministre français de la Coopération, Henri de Raincourt, interrogé lundi matin sur RFI avait dénoncé des "exécutions sommaires" a dénoncé des "exécutions sommaires" perpétrées lors de l’offensive contre Aguelhok, affirmant que 82 soldats y ont été égorgés ou abattus fin janvier.

Il n’a pas précisé qui étaient les responsables de ces tueries mais souligné que "certains prétendent que la méthode utilisée pour l’exécution s’apparente à celle utilisée par Al-Qaïda". Henri de Raincourt a fait ces déclarations après avoir rencontré la semaine dernière le président malien Amadou Toumani Touré à Bamako. Sur le nombre de victimes, le colonel Traoré a dit ne pas pouvoir donner "le nombre exact", parlant "d’au moins une soixantaine de personnes qui ont été exécutées ce jour" du 24 janvier.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite