Les municipales en Turquie entachées par des heurts qui ont fait au moins huit morts

Les élections municipales, qui se déroulent ce dimanche en Turquie dans un climat politique très agité, ont été entachées par de violents heurts dans le sud-est du pays près de la frontière avec la Syrie entre des partisans de candidats, faisant au moins huit morts et plusieurs blessés.

Six personnes ont été tuées dans des accrochages entre deux familles dans le village de Yuvacik dans la province de Sanliurfa (sud-est), rapportent les médias turcs, ajoutant que deux autres ont trouvé la mort dans des heurts entre les familles de deux candidats au poste de Mokhtar (chef de village) dans la province de Hatay (sud-est).

Les Turcs votent ce dimanche pour des élections municipales qui se tiennent alors que la Turquie traverse une conjoncture politique très agitée, marquée par un scandale de corruption à rebondissement qui met en cause des personnalités influentes proches du pouvoir.

Quelque 52,7 millions d’électeurs, dont 26,7 millions de femmes, sont attendus dans les 194.310 bureaux de vote pour renouveler leurs maires et conseillers municipaux, dans un scrutin qui se tient dans un climat politique très tendu à cause des crises à répétition qui ne cessent de secouer la Turquie depuis l’été dernier, date du mouvement de contestation dirigé contre le gouvernement et ses politiques jugées trop conservatrices et menaçant les valeurs de la laïcité.

Vingt-six partis politiques sont en lice pour ces élections qui ont valeur de test pour le Parti de la Justice et de Développement (AKP – au pouvoir) et son président, le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, qui se trouve au coeur d’un scandale de corruption sans précédent, mais également de popularité pour les partis de l’opposition, comme le Parti républicain du peuple (CHP gauche) et le Mouvement populaire (MHP droit nationaliste).

Bien qu’il ne s’agit que d’un scrutin local, ces élections ont tourné au test de survie politique pour le chef du gouvernement, qui semble en faire une affaire personnelle après le déclenchement du scandale de corruption et la prolifération sur Internet d’enregistrements, pourtant non authentifiés, qui le mettent directement en cause dans cette affaire.

Erdogan, qui a voté en début d’après-midi dans un quartier de la partie asiatique d’Istanbul, a émis le souhait de voir ces élections constituer ‘un pas vers plus de démocratie" dans son pays”, précisant que ‘ce que va dire la nation sera plus important que ce qui a été dit lors des meetings électoraux”.

Le président du CHP, principale force de l’opposition en Turquie, Kemal Kiliçdaroglu, a voté lui dans la capitale Ankara. Il a déclaré à sa sortie du bureau de vote que la ‘démocratie doit être renforcée et nettoyée” en Turquie.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite