Les forces françaises en mesure de prendre “toute initiative” pour assurer la sécurité en Côte d’Ivoire (Quai d’Orsay)

Les forces françaises déployées en Côte d’Ivoire sont en mesure de prendre "toute initiative" nécessaire pour assurer la sécurité dans ce pays où la situation demeure incertaine, a déclaré, vendredi, le porte-parole du Quai d’Orsay, Bernard Valero.

"Les forces françaises, placées sous mandat de l’Onu et sous commandement international, sont capables de prendre toute initiative au profit de la sécurité" en Côte d’Ivoire, "en fonction de l’évolution la situation", a souligné Valero lors de son briefing quotidien.

La force française Licorne compte environ 900 militaires dont la mission est de soutenir l’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire (Onuci) et d’assurer la sécurité des ressortissants français et étrangers présents dans le pays.

Le porte-parole du Quai d’Orsay a invité les Français établis en Côte d’Ivoire à faire preuve de prudence en évitant les déplacements inutiles, face à la situation actuelle d’"incertitude" qui prévaut dans le pays, évoquant des risques de pillages et de violences commis par des éléments criminels.

Le Quai d’Orsay déconseille "formellement" aux Français de se rendre en Côte d’Ivoire, en particulier à Abidjan, "théâtre d’affrontements armés qui se sont récemment intensifiés".

Pour les personnes présentes sur place, le ministère français des Affaires étrangères leur recommande de "rester confinés dans l’attente d’une normalisation de la situation".

Plusieurs Français ont quitté la Côte d’Ivoire depuis le début en décembre de la crise dans ce pays où les violences post-électorales ont fait des centaines de victimes, leur nombre étant passé de 15.000 à 12.200 environ, selon le Quai d’Orsay.

Paris a réitéré vendredi son appel au président ivoirien sortant Laurent Gbagbo à céder le pouvoir à son successeur élu Alassane Ouattara, reconnu par la quasi-totalité de la communauté internationale.

Dans sa résolution sur la Côte d’Ivoire, adoptée mercredi à l’unanimité, le Conseil de sécurité de l’ONU exige le départ immédiat de Laurent Gbagbo et l’appelle à reconnaître pleinement Alassane Ouattara comme président légitimement élu de ce pays.

Le président français Nicolas Sarkozy devra se réunir, vendredi soir à Paris, avec le Premier ministre François Fillon et les ministres des Affaires étrangères Alain Juppé et de la Défense Gérard Longuet, "afin de faire le point sur la situation en Côte d’Ivoire", a indiqué l’Elysée

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite