“Le risque fondamentaliste a été sous-estimé en France”

Interrogée sur la question de savoir s’il fallait arrêter, préventivement, les personnes ayant effectué des stages militaires en Afghanistan et au Pakistan, la présidente du FN a répondu : "Ce qui est sûr en tout cas, c’est qu’ils sont en possession d’armes". "Parmi les multiples promesses" qu’elle a entendues en 2007, il y avait, a-t-elle souligné, "celles d’aller chercher les armes dans les caves. Je n’ai pas le sentiment qu’on ait fait ça", a dit Mme le Pen.

"Quelqu’un qui manifestement possédait chez lui des armes de guerre alors même qu’il était parti deux ans en stage de criminalité au Pakistan et en Afghanistan, c’est vrai que c’est assez inquiétant", a ajouté la candidate FN.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite