La situation du Maroc est “un élément de confiance et de réconfort pour les Français” (Elisabeth Guigou)

La situation du Maroc est un élément de confiance et de réconfort pour les Français, a assuré, lundi, Mme Elisabeth Guigou, ancienne ministre, députée de Seine Saint Denis et présidente de la Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée Nationale française.

"La situation du Maroc est, pour nous, un élément de confiance et de réconfort dans un environnement, tout de même, en crise dans le Maghreb et en Afrique3, a dit Mme Guigou dans une déclaration à la presse à l’issue de l’audience que lui accordée le Roi Mohammed VI au Palais Royal de Rabat.

Mettant en exergue l’exemplarité des relations franco-marocaines, Mme Guigou a souligné que cette audience a été, pour elle, l’occasion de transmettre au Souverain les remerciements du Président François Hollande pour le soutien apporté par le Maroc à la France dans l’opération au Mali ainsi que pour les initiatives prises par le Roi, notamment la formation d’imams maliens, la mise en place d’un hôpital de campagne à Bamako, et l’envoi d’un soutien militaire à la République Centrafricaine.

"Nous avons échangé sur la situation en Afrique et sur ce que peuvent faire ensemble, la France et le Maroc, en Afrique, notamment sur le plan économique, puisque c’est un continent qui, une fois réglés les problèmes de sécurité, va connaître une croissance encore plus importante", a-t-elle ajouté.

Les entretiens ont également porté sur la situation en Syrie, le processus de paix au Proche-Orient et les futures négociations de Genève II, a poursuivi Mme Guigou.

La présidente de la Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée Nationale française s’est félicitée, à cette occasion, de l’excellence des relations politiques Franco-marocaines, notant que ces liens peuvent être développés sur le plan économique et culturel.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite