La France encourage la Turquie à “un dialogue sincère” dans les négociations d’adhésion avec l’UE

Le président français François Hollande a prôné vendredi “un dialogue sincère” de la Turquie avec l’Europe pour son éventuelle adhésion à l’Union européene, soulignant que celle-ci “n’est concevable que s’il y a des négociations”.

Il faut que la Turquie "puisse avoir un dialogue qui soit sincère avec l’Europe. Il ne s’agit pas de savoir s’il y aura une adhésion, il s’agit de savoir si elle est possible. Elle n’est concevable que s’il y a des négociations", a déclaré M. Hollande à l’issue d’un entretien avec son homologue turc Recep Tayyip Erdogan à l’Elysée.

Déplorant des "blocages" à l’adhésion d’Ankara à l’UE venus notamment de la France par le passé, M. Erdogan a dit de son côté espérer "une bonne nouvelle" de la part de M. Hollande, selon lui "moins flou" que ses prédécesseurs sur cette question.

"C’est vrai qu’il y a eu des blocages, qui ne venaient pas que de la France et qui portent sur des sujets extrêmement difficiles", a reconnu M. Hollande, évoquant en particulier les chapitres de négociations sur les droits fondamentaux et de la justice.

La Turquie est officiellement candidate à l’UE depuis 1999 mais les négociations, engagées en 2005, s’avèrent les plus lentes jamais menées, avec seulement 14 chapitres ouverts sur 35 et un seul bouclé jusqu’ici.

La Commission européenne a recommandé début octobre d’en ouvrir deux nouveaux, une hypothèse à laquelle Paris s’est dit prêt. La décision doit toutefois être prise par les 28 Etats membres de l’UE, à l’unanimité.

La France et l’Allemagne sont deux des pays européens les plus réticents à une adhésion de la Turquie à l’Union européenne.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite