La demande palestinienne d’Adhésion à l’ONU met Londres devant “un choix difficile” (Clegg)

La demande palestinienne d’adhésion à l’Onu a mis le Royaume-Uni devant "un choix difficile", a estimé, mardi, le vice-Premier ministre britannique, Nick Clegg.

Clegg, dont le parti libéral-démocrate et partenaire des conservateurs au sein du gouvernement est connu pour sa sympathie à l’égard des droits légitimes du peuple palestinien, a indiqué qu’un débat est engagé au plus haut niveau du gouvernement de son pays au sujet de la position à adopter a l’égard de la demande palestinienne.

Les médias londoniens ont évoqué mardi des divergences entre Clegg et le Premier ministre David Cameron au sujet de cette question.

Selon certains journaux, Clegg est irrité par la réticence du Premier ministre à reconnaitre l’Etat palestinien.

Clegg a souligné qu’il était utile d’informer le grand public au sujet du débat au sein du gouvernement et invité ses collègues au sein du gouvernement à bien évaluer les retombées de la position qui sera adoptée sur ce dossier épineux.

Si le vice-Premier ministre semble en faveur du soutien de la demande palestinienne, Cameron préfère, quant à lui, éviter toute action qui peut porter atteinte aux chances déjà minimes de reprendre les discussions de paix, au point mort depuis plusieurs mois.

De ce fait, le gouvernement Cameron souhaiterait voir les dirigeants palestiniens tempérer leurs revendications de reconnaissance à l’Onu, et appelle les parties au conflit à oeuvrer en faveur d’"un Etat en pratique plutôt qu’un Etat en théorie".

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite