Halal: Hollande veut “rassurer” les musulmans

François Hollande a reçu mercredi le président du Conseil français du culte musulman (CFCM), Mohammed Moussaoui, et le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, assurant de son attachement à la liberté de culte dans le cadre de la laïcité, en pleine polémique sur le halal. "D’autres ont créé la polémique, il m’appartenait donc de rassurer les cultes pour dire que la laïcité, en définitive, était la protection de la liberté de conscience et de religion et en même temps fournissait à tous les Français la garantie que les mêmes règles s’imposaient partout dans l’espace public", a déclaré le candidat PS à l’Élysée, après son entretien à son QG de campagne avec les deux responsables musulmans.

"Je pense qu’il y a des paroles qui n’auraient pas dû être prononcées, il y a eu des mots qui ont froissé", a affirmé François Hollande, visant nommément le Premier ministre François Fillon et le président sortant Nicolas Sarkozy.

"Il peut y avoir des problèmes sanitaires dans les abattoirs, est-ce pour autant nécessaire d’aller mettre en cause des pratiques religieuses ?" a-t-il demandé. "Qu’on mette en règle nos abattoirs, qu’on ait une garantie de provenance des viandes abattues, ça c’est tout à fait nécessaire, mais en même temps il n’y a pas lieu, comme l’a hélas dit le Premier ministre et comme l’a confirmé le candidat sortant, de montrer du doigt telle ou telle religion" en parlant "de pratiques ancestrales", a-t-il dit. Il a rappelé que s’il était élu, il "inscrirait dans la Constitution les deux articles principaux de la loi de 1905" sur la séparation des églises et de l’État.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite