France: après une vague verte aux municipales, Macron promet des “réponses fortes”

Le président Emmanuel Macron entend apporter lundi des “réponses fortes” sur le terrain de l’écologie.

Le président Emmanuel Macron entend apporter lundi des “réponses fortes” sur le terrain de l’écologie, “à la hauteur des enjeux et des attentes”, au lendemain de la forte percée des Verts à des élections municipales marquées par une abstention record de presque 60%, selon la présidence.

Il recevra dans la matinée les membres de la Convention citoyenne pour le climat (CCC), 150 citoyens qui avaient été tirés au sort pour faire des propositions destinées à répondre à l’urgence climatique.

Cette initiative, prise l’année dernière, visait à répondre à la contestation entendue pendant la “crise des gilets jaunes”. Les manifestants réclamaient notamment davantage de démocratie directe.

Six de ces citoyens présenteront les conclusions de leur travaux au chef de l’Etat.

Après la crise du coronavirus, ce dernier a affirmé sa volonté de se “réinventer”. Il a notamment appelé de ses voeux le développement d’une “économie forte, écologique, souveraine et solidaire” pour sortir de la récession dans laquelle la crise née de l’épidémie de coronavirus a plongé le pays.

Et après la victoire des écologistes dans plusieurs villes majeures françaises (Lyon, Marseille, Bordeaux, mais aussi alliés à Anne Hidalgo à Paris) lors des municipales où le parti de M. Macron a subi un revers, la transition écologique est plus que jamais au coeur des débats.

Que retiendra-t-il des 149 propositions que vont lui faire les membres de la CCC?

Parmi les plus remarquées: la limitation de la vitesse sur les autoroutes à 110 km/h au lieu de 130km/h actuellement, une mesure risquée sur le plan de la popularité.

Limitation drastique de la publicité, rénovation thermique globale et obligatoire des bâtiments, réduction de la place de la voiture individuelle, taxation de l’alimentation ultra-transformée, interdiction des semences OGM ou des terrasses chauffées: les citoyens ont traité nombre de sujets clivants, à l’exception notable de la taxe carbone.

L’opposition de droite a d’ores et déjà crié à l’écologie punitive.

Les ONG environnementales, elles, tout en jugeant ces propositions parfois timorées ou pas très originales, s’appuient sur elles pour maintenir la pression sur le président, qui s’était engagé à les transmettre “sans filtre” pour application.

Cette séquence lancera en tout cas lundi matin la dernière ligne droite du quinquennat d’Emmanuel Macron qui doit s’achever en avril 2022. Concernant l’écologie, la première partie du mandat a surtout été marquée par le départ fracassant en 2018 du gouvernement du ministre Nicolas Hulot, une figure de l’engagement pour l’environnement en France, qui estimait que l’écologie n’était pas une priorité du gouvernement.

Après ces municipales, un remaniement gouvernemental est à l’étude, là aussi avec beaucoup de questions, notamment sur l’opportunité ou non de changer de Premier ministre après la nette réélection d’Edouard Philippe dans la ville portuaire du Havre (ouest).

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite