Des milliers de Vénézuéliens de “retour” en Galice

Fuyant la crise aiguë dans leur pays, les Vénézuéliens s’installent par milliers en Galice, terre espagnole d’où partirent leurs ancêtres ou qui les a vu naître, et qui a besoin de sang neuf pour se repeupler.

Carlos Veiga, 44 ans, a quitté en novembre Caracas et ses 3 millions d’habitants pour s’installer dans la plus peuplée des communes galiciennes, Vigo, qui n’en compte pas 300.000.

De la mer des Caraïbes au bord de l’Atlantique, le choc fut rude.

"A peine arrivés, on a dû nous hospitaliser d’urgence, moi et mon petit, pour une infection pulmonaire à cause du froid et de la pluie", dit-il à l’AFP, dans la ville côtière cernée de montagnes verdoyantes où il s’est installé avec sa femme et leurs deux fils.

"Grâce à mes parents, j’ai pu opter pour la nationalité espagnole que je n’avais jamais pensé utiliser", dit ce fils de Galiciens.

A Caracas, "un enlèvement a été la goutte qui a fait déborder le vase". Ajoutée à la pénurie de médicaments et de vaccins pour ses enfants, cette séquestration de quelques heures l’a décidé à partir.

Poussés par la crise économique, des milliers de Vénézuéliens partent pour la Galice où des proches sont prêts à les aider et les autorités les incitent au "retour".

Car au siècle dernier, une partie de la population de cette région du nord de l’Espagne fuyait la pauvreté pour tenter sa chance aux Amériques.

"La Galice a des problèmes démographiques, une forte proportion de personnes âgées", explique Antonio Rodríguez Miranda, secrétaire galicien aux migrations.

Alors les petits-enfants et arrière petits-enfants de Galiciens devenus Vénézuéliens "peuvent maintenant boucler la boucle en revenant", dit-il.

En 2018, le gouvernement régional dépensera 2,2 millions d’euros pour ces aides au retour. Huit demandes sur 10 émanent de Vénézuéliens.

Au 1er janvier 2017, plus de 24.000 vivaient déjà dans cette région de 2,7 millions d’habitants.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite