Côte d’Ivoire: Une seule solution, la “force” (porte-parole du gouvernement Ouattara)

Les partisans d’Alassane Ouattara ont jugé samedi inévitable un rapide recours international à la force pour chasser de la présidence ivoirienne le chef de l’Etat sortant Laurent Gbagbo, qui refuse de céder le pouvoir après le second tour de l’élection présidentielle le 28 novembre.

"Il y a une seule solution, c’est la force. Il faut une force de dissuasion massive", a déclaré le porte-parole du gouvernement Ouattara, Méité Sindou, à l’hôtel du Golf d’Abidjan où le nouveau président désigné par la commission électorale et reconnu par la communauté internationale est retranché, protégé par des casques bleus des Nations unies.

Trois chefs d’Etat membres de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cedeao), les présidents du Cap-Vert Pedro Pires, de la Sierra Leone Ernest Koroma et du Bénin Boni Yayi, qui avaient déjà tenté une médiation mardi dernier, seront de retour lundi dans la capitale économique ivoirienne. Faute de convaincre Laurent Gbagbo de se retirer, la Cedeao n’a pas exclu un "recours légitime" à la force.

"Après demain, c’est le dernier round de médiation (…) Après ça, les forces de la Cedeao doivent venir", a affirmé Méité Sindou.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite