Coronavirus: Trump va s’exprimer depuis le Bureau ovale, Wall Street dévisse

Le président américain Donald Trump s’exprimera mercredi soir depuis la Maison Blanche pour annoncer une série de mesures, à la fois économiques et sanitaires, face à l’épidémie de coronavirus qui a de nouveau affolé les marchés.  

L’allocution présidentielle, prévue à 21H00 (01H00 GMT jeudi) depuis le Bureau ovale, pourrait porter en particulier sur d’éventuelles restrictions de voyage depuis et vers l’Europe.

“Je ferai une déclaration plus tard ce soir sur ce que j’ai décidé de faire”, a annoncé le milliardaire républicain lors d’une rencontre avec les patrons des grandes banques américaines.

“Nous allons prendre une série de décisions”, a-t-il ajouté, refusant de rentrer dans les détails, mais soulignant qu’il s’exprimerait à la fois sur les aspects économiques et sanitaires de l’épidémie.

Les Etats-Unis ont dépassé mardi la barre des 1.000 cas d’infection au nouveau coronavirus, selon l’université américaine Johns Hopkins, et 31 personnes en sont mortes, selon les Centres américains de contrôle des maladies (CDC).

Wall Street a connu une nouvelle séance noire: le Dow Jones Industrial Average s’est effondré de 5,87%, à 23.550,74 points, et le Nasdaq a perdu 4,70%, à 7.952,05 points.

Selon le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin,  l’administration Trump travaille “à temps plein” à un plan de soutien à l’économie et aux ménages face aux effets de l’épidémie de coronavirus.

Donald Trump mise en priorité sur une réduction des taxes salariales, mais “nous allons également nous pencher sur d’autres solutions”, a indiqué M. Mnuchin à l’issue d’une réunion avec la cheffe démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, et le leader de la majorité républicaine du Sénat, Mitch McConnell.

Le président américain est accusé par nombre d’élus démocrates de vouloir minimiser à tout prix l’ampleur de la crise sanitaire à venir et d’envoyer des messages confus, parfois en contradiction avec ceux des autorités sanitaires.

“Cela va disparaître, restez calme”, a-t-il déclaré mardi. “Tout se déroule bien. Beaucoup de bonnes choses vont avoir lieu”.

– “L’Europe est la nouvelle Chine” –

Parallèlement, une possible interdiction d’entrée sur le territoire des Etats-Unis aux voyageurs venant d’Europe est à l’étude, a indiqué Ken Cuccinelli, responsable du département de la Sécurité intérieure.

“Nous nous posons la question de comment traiter l’Europe dans son ensemble”, a-t-il déclaré lors d’une audition parlementaire. Selon lui, “l’Europe représente un seul et même problème”, notamment en raison de la libre circulation des personnes en son sein.

Il a souligné que les consignes déjà renforcées ne permettaient “pas encore” de “bloquer les voyageurs” en provenance du Vieux continent. “Mais nous l’envisageons”, a-t-il ajouté.

“Comme chaque pays, ou région dans ce cas spécifique, devient de plus en plus problématique, nous réévaluons bien évidemment la situation quotidiennement”, a-t-il ajouté.

Le directeur des Centres de détection et de prévention des maladies (CDC) Robert Redfield avait auparavant estimé que le principal risque de propagation de l’épidémie pour les Etats-Unis venait d’Europe.

“La vraie menace pour nous, c’est désormais l’Europe”, avait-il affirmé. “C’est de là qu’arrivent les cas. Pour dire les choses clairement, l’Europe est la nouvelle Chine”.

Début février, Washington avait provisoirement interdit l’entrée aux Etats-Unis des non-Américains s’étant récemment rendus en Chine. Le président Trump a longtemps invoqué cette décision drastique pour assurer que la propagation de l’épidémie était sous contrôle sur le territoire américain.

Le département d’Etat a aussi recommandé aux ressortissants américains d’éviter les voyages non indispensables en Italie, un avertissement aux voyageurs susceptible d’être au moins partiellement étendu au reste de l’Europe.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite