Avec un “CCC”, la Grèce devient le pays le plus mal noté au monde

L’agence de notation Standard & Poor’s a décidément la dent dure pour la Grèce. Elle lui a infligé une note de “CCC”, soit la note de crédit la plus faible au monde.
La Grèce s’enfonce donc un peu plus dans une crise où l’aide extérieure est conditionnée par sa capacité à faire des économies, et où chaque économie réalisée appauvrit un peu plus la population… La troisième grève générale de l’année est prévue demain.

élève moyen, qui décline en fin d’année scolaire, et finit par redoubler sans bien comprendre comment il en est arrivé là !
De la note de "B", la Grèce est passée hier à "CCC", à trois crans, nous dit-on, de la note de "D", la plus basse sur l’échelle de Standard & Poor’s, autrement dit le zéro pointé de l’agence de notation.

Cette nouvelle dégradation intervient, malgré le programme d’austérité drastique présenté par le gouvernement grec pour économiser environ 28 milliards d’euros, condition nécessaire au versement de la fin du prêt de 110 milliards d’euros accordé en mai 2010 par l’Union européenne et le FMI. Peine perdue, les conditions budgétaires ne sont pas remplies.

Face à ce nouvel évènement, les ministres de l’Économie de la zone euro sont censés se rencontrer aujourd’hui à Bruxelles, pour débattre d’un nouveau plan d’aide. Il est question notamment d’impliquer des créanciers privés. L’objectif étant d’éviter, dans le jargon financier, un "défaut" ou un "événement de crédit", qui pourrait provoquer la panique des marchés.

Athènes donc accuse le coup. Et les Grecs qui manifestent depuis maintenant 21 jours d’affilée aussi. Pas question pour le gouvernement grec de revenir sur les multiples privatisations prévues pour se refaire une santé financière, après cette mauvaise note. Au contraire… Or, c’est bien contre ce plan d’austérité que défilent quotidiennement près de 20.000 personnes, dans la capitale. Contre la baisse des salaires, des pensions de retraite, la hausse des taxes, et donc des prix… Cercle vicieux : plus le pays s’attelle à éviter la faillite, plus il se paupérise. [Lire notre article : "Plongée dans une Grèce en crise".]

Une nouvelle journée nationale de grève est prévue demain. C’est la troisième de l’année.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite