Après la crise du Covid en France, plan “historique” pour les hôpitaux”

Gouvernement et syndicats français ont signé lundi, après sept semaines de négociations, une série d’accords à 8 milliards d’euros pour les personnels hospitaliers, qualifiés d'”historiques” par le gouvernement.

Promis au plus fort de la crise du Covid-19 par le président Emmanuel Macron, ce plan “massif” en faveur de l’hôpital constitue “un moment historique pour notre système de santé”, a déclaré le Premier ministre Jean Castex à l’issue d’une cérémonie de signature.

“Je m’y étais engagé, nous venons de le faire. Les carrières et salaires de nos personnels soignants qui ont tant donné pendant la crise sont revalorisés”, a tweeté lundi Emmanuel Macron

Ancien directeur de l’hospitalisation (2005-2006) au ministère des Solidarités, M. Castex, qui a pris début juillet les rênes du gouvernement, a reconnu “une forme de rattrapage par rapport à des années de retard où chacune et chacun, et peut-être moi-même, a sa part de responsabilité”.

Ces “accords de Ségur” prévoient 7,5 milliards pour les personnels paramédicaux (infirmiers, aides-soignants) et autres non médicaux (agents techniques, administratifs…).

Cette somme servira en majorité à financer une hausse de salaire dite “socle” de 183 euros net mensuels pour l’ensemble des personnels des hôpitaux et des Ehpad (maisons de retraite) publics, mais aussi de nouvelles majorations pour les heures supplémentaires et le travail de nuit.

Concernant les médecins, 450 millions ont été mis sur la table, principalement pour revaloriser l’indemnité versée aux praticiens travaillant uniquement à l’hôpital public. Les internes et étudiants en médecine, eux, bénéficieront de 200 millions d’euros.

Au total, trois syndicats de la fonction publique hospitalière (FO, la CFDT et l’Unsa) ont accepté de signer l’accord sur les personnels non médicaux. Concernant les médecins, trois syndicats majoritaires (l’INPH, le CMH et le Snam-HP) ont également donné leur feu vert.

Ces négociations aboutissent à la veille d’une cérémonie d’hommage aux soignants organisée pour la fête nationale du 14 juillet.

Cette vaste concertation avait été inaugurée fin mai, après la période de confinement entraînée par l’épidémie de Covid-19.

Le coronavirus a fait quelque 30.000 morts en France depuis mars, un des pires bilans au monde.

Les soignants et les membres du personnel hospitalier, salués comme des “héros en blouse blanche”, ont été en première ligne et durement éprouvés, mais la crise sanitaire n’a fait que mettre en évidence une situation déjà très dégradée depuis de nombreuses années à l’hôpital.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite