Agressions de policiers : Sarkozy réclame le retour des peines plancher

“Attaquer un représentant de la République, c’est attaquer la République”, s’est insurgé l’ancien chef de l’Etat, dimanche soir sur TF1.

Source AFP

Nicolas Sarkozy a demandé dimanche soir sur TF1 "le rétablissement des peines plancher" pour les personnes auteures d’agressions contre les forces de l’ordre, exigeant par ailleurs l’évacuation de la place de la République occupée par le mouvement Nuit debout. "La première proposition que je fais, c’est le rétablissement des peines plancher pour toute personne portant atteinte à l’intégrité physique d’un représentant de l’autorité publique qui porte un uniforme (policier, gendarme, pompier, gardien de prison…)", a déclaré le président du parti Les Républicains sur le plateau du journal de 20 heures.

"Attaquer un représentant de la République, c’est attaquer la République", a-t-il argué. Interrogé sur l’opportunité d’évacuer la place de la République, il a répondu: "A l’évidence (…) la place de la République n’a pas à être occupée". "Le gouvernement donne le sentiment de l’impuissance, le sentiment d’une forme d’anarchie, une perte complète d’autorité", a-t-il déploré. "La France est au bord de la pénurie, on bloque des raffineries", a-t-il ajouté.

Une responsabilité financière

En outre, concernant les débordements en marge des manifestations, "il n’y a aucune raison que les contribuables français paient les conséquences des activités de ces casseurs, et je demande que les organisateurs déclarés de ces manifestations (…) en assument la responsabilité civile, c’est-à-dire la responsabilité financière". "Quand des vitrines de commerçants sont cassées, quand une voiture de police est brûlée, quand des dommages physiques sont faits sur des fonctionnaires ou des militaires ou des policiers, ce doit être, me semble-t-il, les organisateurs de ces manifestations qui doivent en assumer la responsabilité".

Nicolas Sarkozy a aussi souhaité "qu’on interdise préventivement et administrativement à un certain nombre de casseurs que l’on connaît, français et étrangers, de participer à ces manifestations". "Enfin, je propose une dernière chose : la dissolution immédiate de tous ces groupes d’ultra-gauche. Le gouvernement l’a fait pour les groupes d’extrême droite, pourquoi ne le fait-il pas pour les groupes d’ultra-gauche?" a-t-il demandé.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite