Un nouveau documentaire sur Mohamed Merah suscite la polémique

Presqu’un an après les sept meurtres commis par le “tueur au scooter” dans la région de Toulouse, France 3 programme mercredi soir “Affaire Merah : itinéraire d’un tueur”. Le reportage donne la parole, pour la première, à la mère du tueur. Des avocats de victimes ont réclamé dans les derniers jours sa déprogrammation.

La mère de celui qui est désormais connu comme le "tueur au scooter" fait part de ses regrets : "C’est à cause de moi qu’il est devenu comme ça. Je regrette beaucoup…", dit-elle, déplorant notamment de ne pas avoir su mieux élever son fils. Plus troublante, son apparente absence de questionnement à propos des voyages entrepris par Mohamed Merah, au Pakistan notamment. Le documentaire de France 3 donne également la parole à la soeur du tueur.

L’apparition télévisée de la mère de Mohamed Merah suscite la colère d’Ariel Goldmann, avocat de la famille Sandler, dont trois membres ont été tués devant l’école Ozar Hatorah à Toulouse le 19 mars 2012 : "Tout ce qui contribue à rendre humain quelque’un qui pour nous, a eu une attitude ignoble et qui n’est pas une attitude humaine, est pour nous contestable". Il a tenté d’obtenir la déprogrammation du documentaire mais, faute d’y être parvenu, estime aujourd’hui avoir fait connaître le sentiment de la famille Sandler.

Cette colère n’est cependant pas partagée par l’ensemble des familles de victimes. Latifa Ibn Ziaten, la mère d’Imad, la première victime de Mohamed Merah le 11 mars 2012, estime que "tous les Français doivent entendre". Tout comme le père d’Abdel Chennouf.

Du côte de France 3, il n’a jamais été question de déprogrammer le documentaire, les équipes de la chaîne estimant qu’il s’agissait là d’une enquête complète et impartiale. La chaîne a cependant décidé de programmer, juste après le documentaire, un débat en deuxième partie de soirée.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite