Tunisie: s’ouvrir aux “partis islamiques”

Il faut ouvrir le dialogue aux partis islamique", et non "islamistes", a déclaré mercredi sur Europe 1 Yadh Ben Achour, le président de la commission chargée d’organiser les prochaines élections en Tunisie. D’après lui, la démocratie doit être appliquée consciencieusement, sans toutefois appuyer l’extrémisme religieux.

"Les Tunisiens sont inquiets, car ils savent que ces partis sont spécialistes du double langage", a développé Yadh Ben Achour. Mais, a-t-il poursuivi, "il n’y a pas de démocratie pour les ennemis de la démocratie, il n’y a pas de liberté pour les ennemis de la liberté".

Quant à l’ancien parti présidentiel, le Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD), qui a été dissout suite à la révolution, il a, selon Yadh Ben Achour, "une responsabilité" dans "le délabrement" du système politique tunisien, et à ce titre, sera écarté des élections.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite