Tunisie : “lourde responsabilité de la France”

Invitée dimanche sur Europe 1 de l’émission C’est arrivé demain de Dominique Souchier, l’avocate Gisèle Halimi, qui avait milité en son temps pour l’indépendance de la Tunisie, a dénoncé les relations franco-tunisienne de l’ère Ben Ali.

"La France porte une très lourde responsabilité. La patrie des droits de l’Homme a frayé avec Ben Ali. J’espère que cette page est tournée", a déclaré celle qui avait défendu Habib Bourguiba. Elle a estimé que, sous Ben Ali, la Tunisie n’était pas à proprement parler une dictature mais "un état policier". La militante s’est dite "plutôt optimiste" sur la suite des événements : "ce que j’attends la transition démocratique. Tout dépendra de ce qui sortira des élections".

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite