Très forte mobilisation à Alger pour le 1er anniversaire du Hirak

Les Algériens sont descendus en masse lors du 53e vendredi consécutif, pour entretenir, à la veille de son premier anniversaire, la flamme d’une contestation inédite.

Les Algériens sont descendus en masse lors du 53e vendredi consécutif, pour entretenir, à la veille de son premier anniversaire, la flamme d’une contestation inédite qui aura contraint Abdelaziz Bouteflika à démissionner mais sans réussir à changer le “système” au pouvoir depuis l’indépendance.

Plus massive que les derniers vendredis, une foule compacte de manifestants –dont le nombre est difficile à évaluer– défile depuis le début d’après-midi près de la Grande Poste, au coeur d’Alger, point de rassemblement emblématique depuis un an.

“Nous ne sommes pas venus faire la fête, nous sommes venus vous dégager!”, scandent les manifestants, parmi lesquels des familles, au milieu d’un important dispositif policier anti-émeutes.

“Le peuple veut la chute du régime”, “le gang des bandits doit partir”, lancent-ils également.

Plusieurs organisations citoyennes et partis ont appelé à “la mobilisation populaire pour disqualifier l’agenda de la régénération du +système+ et jeter les bases d’une nouvelle République”.

“C’est quoi le contenu de la 2e République? C’est une république démocratique et sociale qui garantit toutes les libertés”, renchérit un manifestant, Samir Larabi.

Selon les réseaux sociaux, des barrages filtrants ont été mis en place dès jeudi soir aux entrées de la capitale pour compliquer l’accès des Algériens venus d’autres régions.

Mais cela n’a pas empêché Bachir, 50 ans, de rejoindre Alger depuis Aïn Defla, à 150 km de route, pour “fêter le premier anniversaire du +Hirak+ (“mouvement”, NDLR) et renouveler les revendications de la contestation”.

Des marches imposantes se déroulent également dans les grandes villes de province, selon les réseaux sociaux.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite