Thaïlande: la Première ministre évite la commission anticorruption

La Première ministre thaïlandaise Yingluck Shinawatra, contestée par la rue depuis quatre mois, a prévu d’échapper jeudi à une convocation de la commission anticorruption (NACC), procédure qui pourrait mener à sa destitution.

"Elle n’ira pas personnellement à la NACC parce qu’elle est en mission à Chiang Mai", a indiqué son secrétaire adjoint, le général Thawat Boonfaung, ajoutant qu’elle a demandé à ses avocats de la représenter.

La commission anticorruption, qui a convoquée Yingluck pour lui signifier des accusations pour négligence, estime qu’elle a ignoré les mises en garde sur le programme controversé d’aide aux riziculteurs qui a engendré corruption et pertes financières.

Yingluck, qui a quitté mercredi la capitale pour son fief du nord du pays où elle devrait passer plusieurs jours et passer en revue des projets gouvernementaux, clame son innocence et s’est récemment dite prête à "coopérer pour établir les faits".

La Première ministre fait face depuis l’automne à des manifestants qui veulent remplacer le gouvernement par un "conseil du peuple" non élu.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite