Syrie: les observateurs de la Ligue arabe se redent à Homs

Les membres de la mission d’observation de la Ligue arabe sont en route pour la ville de Homs, a déclaré mardi le chef de cette mission, le Général soudanais Mohammed Ahmed Moustapha Al-Dabi, faisant état jusqu’à présent de la "coopération" de Damas.

"Je vais à Homs. Jusqu’à présent, ils ont été très coopératifs (en parlant des autorités syriennes)", a indiqué le Général, arrivé ce week-end à Damas.

Cinquante observateurs arabes sont arrivés lundi soir en Syrie pour surveiller la situation sur le terrain.

Leur mission fait partie d’un plan de sortie de crise de la Ligue arabe qui prévoit l’arrêt des violences, la libération des détenus, le retrait de l’armée des villes et la libre circulation dans le pays pour les observateurs arabes et la presse.

Plus de 30 personnes ont été tuées lundi dans la province de Homs, bastion de la révolte contre le régime syrien, dont plusieurs quartiers font l’objet d’intenses bombardements par les forces gouvernementales, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Le Conseil national syrien (CNS), qui regroupe la majorité de l’opposition, a demandé lundi au Conseil de sécurité de l’ONU "d’adopter" le plan de la Ligue arabe sur la Syrie estimant que celle-ci n’avait "pas les moyens de le faire appliquer".

"Il est meilleur que le Conseil de sécurité de l’ONU s’empare de ce plan (arabe), l’adopte et donne les moyens de l’appliquer", a déclaré le dirigeant du CNS, Burhan Ghalioun, lors d’une conférence de presse à Paris.

"Aujourd’hui, le plan arabe est un bon plan pour désamorcer la crise mais je crois que la Ligue arabe n’a pas vraiment les moyens de (le) faire appliquer", a poursuivi M. Ghalioun. S’il est adopté par l’ONU "cela lui donnera plus de force", a-t-il estimé soulignant que jusque-là "le gouvernement syrien n’a pas respecté ses engagements".

Une première équipe de la Ligue arabe était arrivée jeudi à Damas pour préparer la mission.

Selon l’ONU, plus de 5.000 personnes ont été tuées en Syrie depuis le début de la révolte contre le régime syrien.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite