Schumacher: pronostic vital engagé, Merkel “totalement bouleversée”

Face à la situation critique dans laquelle se trouvait lundi le septuple champion du monde de Formule 1, Michael Schumacher, après un accident de ski dans les Alpes françaises, la chancelière allemande Angela Merkel s’est déclarée “totalement bouleversée”.
Le parquet d’Albertville a ouvert une enquête pour en établir les circonstances et les causes de l’accident, confirmant que l’accident s’était produit dans une “zone hors-piste sur laquelle des rochers étaient enfouis en partie, ou en totalité, sous la neige”.
.

Jean-François Payen, chef du service anesthésie-réanimation du CHU de Grenoble (Isère), où le champion de presque 45 ans a été opéré dimanche, a précisé que son pronostic vital était engagé et fait état de lésions sérieuses au cerveau.

"Pour le moment, on ne peut pas se prononcer sur le devenir de Michael Schumacher", a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse. "Son état est dans une situation critique sur le plan de la réanimation cérébrale."

Pour Jean-François Payen, dont l’équipe "travaille jour et nuit" au chevet de Michael Schumacher, "il est trop tôt pour émettre quoi que ce soit en termes de pronostic".

"On peut parler d’un pronostic vital engagé", a-t-il cependant ajouté. "On travaille heure par heure, on va essayer de gagner du temps."

L’ancien pilote faisait du ski hors piste avec son fils dans la station savoyarde de Méribel, où il possède un chalet, quand il est tombé à très grande vitesse, peu après 11h00 (10h00 GMT) dimanche, et a heurté un rocher de la tête. "Sans son casque, il ne serait pas arrivé vivant à l’hôpital", a estimé Jean-François Payen.

Selon les premiers éléments de l’enquête, le choc a été si violent que le casque a éclaté.

Le procureur de la République d’Albertville, Philippe Quincy, a déclaré qu’une enquête avait été ouverte dès dimanche pour déterminer les circonstances et les causes de cet accident, comme toujours dans pareil cas.

Elle est menée par le peloton de gendarmerie de haute-montagne de Bourg-Saint-Maurice et les gendarmes de Méribel. Selon le procureur, elle devrait durer plusieurs jours.

"Nous savons que l’accident s’est produit dans une zone hors piste sur laquelle se trouvaient des rochers enfouis en partie ou en totalité sous la neige", a poursuivi Philippe Quincy, selon qui le pilote a été déséquilibré par un de ces rochers.

Selon les premiers éléments recueillis et concordants, aucun tiers n’est en cause, a ajouté le procureur.

Michael Schumacher, dont le 45e anniversaire tombe le 3janvier, est actuellement en réanimation neurochirurgicale.

Il avait été évacué dimanche par hélicoptère vers l’hôpital de Moutiers (Savoie) dans un premier temps, puis transféré à la mi-journée au CHU de Grenoble.

"Son état neurologique s’est dégradé rapidement" après la chute, a précisé le neurochirurgien Stéphan Chabardès, qui l’a opéré. "Il était obnubilé, agité, c’est-à-dire qu’il ne répondait pas aux questions, il avait des mouvements spontanés de ses quatre membres."

Lésions hémorragiques

A son arrivée au CHU, a dit le chirurgien lors de la conférence de presse, le champion était "en situation grave de coma avec des signes d’hypertension intracrânienne". Le scanner a révélé "des hématomes intracrâniens, des contusions cérébrales et un œdème cérébral diffus".

"Le scanner de contrôle post-opératoire a montré, certes, une évacuation des hématomes intracrâniens mais aussi, malheureusement, l’apparition de lésions hémorragiques diffuses bilatérales", a précisé le chirurgien.

Les médecins ne prévoient pas de deuxième intervention chirurgicale et s’efforcent de "limiter au maximum" la pression intracrânienne qu’entraîne l’œdème cérébral.

Michael Schumacher "est dans un coma artificiel. Il est en hypothermie", a précisé Jean-François Payen. Sa famille, dont son épouse et ses enfants, est à son chevet.

"Tous les traitements qui sont à l’heure actuelle recommandés sont mis en œuvre", a souligné le professeur Payen.

Michael Schumacher a définitivement quitté la Formule 1 à la fin de la saison dernière après être sorti de sa première retraite sportive pour un bail de trois ans chez Mercedes, durant lequel il a rarement lutté pour les premières places.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite