Ryad et ses alliés maintiennent leurs sanctions contre Doha

Ryad et ses alliés ont déploré mercredi à l’issue d’une réunion au Caire la “réponse négative” du Qatar à leurs conditions pour mettre fin à la crise dans le Golfe et annoncé le maintien de leurs sanctions contre Doha.

L’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l’Egypte ont rompu il y a un mois avec ce petit émirat riche en gaz, qu’ils accusent de soutenir "le terrorisme" et d’entretenir des relations trop étroites avec l’Iran, grand rival de Ryad au Moyen-Orient. Ils ont imposé à Doha des sanctions économiques, l’Arabie saoudite fermant sa frontière terrestre avec le Qatar, la seule de l’émirat.

Pour mettre fin à ce bras de fer, les quatre pays avaient adressé au Qatar une liste de 13 demandes, réclamant entre autres la fermeture d’une base militaire turque et de la télévision Al-Jazeera, qu’ils jugent trop agressive, et de réduire ses relations avec l’Iran.

Le Qatar, qui a rejeté les accusations de terrorisme, avait jugé mardi cette liste "irréaliste et irrecevable". Il avait répondu à ces exigences lundi dans un message au Koweït, qui joue le rôle de médiateur.

Le secrétaire général adjoint de l’ONU aux affaires politiques, Jeffrey Feltman, est d’ailleurs au Koweït pour "discuter avec un large éventail d’interlocuteurs de cette crise et d’autres conflits", selon un porte-parole des Nations unies. Ils se rendra cette semaine à Doha.

Avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite