Présidentielle au Nigeria: Muhammadu Buhari “très confiant” dans sa victoire

Muhammadu Buhari, le principal rival du sortant Goodluck Jonathan, s’est déclaré mardi “très confiant” dans sa victoire à la présidentielle la plus serrée de l’histoire du Nigeria, suivie avec passion et ferveur par les électeurs, alors que tombaient les derniers résultats officiels définitifs.

"C’est la première fois que l’opposition chasse un gouvernement par la voie des urnes dans l’histoire du Nigeria", s’est réjoui à l’AFP Lai Mohammed, porte-parole du Congrès progressiste (APC), le mouvement de M. Buhari, revendiquant la victoire dans une ambiance de joie parmi les leaders du parti réunis dans Abuja.

Aisha Buhari, l’épouse de Muhammadu Buhari a renchéri: "Nous allons construire un nouveau Nigeria, comme mon mari l’a promis". Puis, réaliste, elle ajoute: "Ca va être dur. Les attentes sont immenses".

Mais de nombreux Nigérians redoutent des violences comme en 2011, lorsque des affrontements avaient fait un millier de morts après l’annonce de la victoire de M. Jonathan.

Au cours de l’après-midi, dans une ambiance à la fois enthousiaste et inquiète qui a marqué depuis le début le processus électoral à travers le pays, du nord au sud, l’avance de M. Buhari – ex-général de 72 ans qui fut à la tête d’une junte militaire dans les années 1980 et se présente pour la quatrième fois à la présidentielle depuis le retour du pays à la démocratie en 1999 -, s’est peu à peu creusée.

Elle a atteint une marge de 2,9 millions de voix sur M. Jonathan, selon des résultats officiels partiels concernant la capitale fédérale, Abuja, et 31 des 36 Etats du Nigeria, a annoncé la Commission électorale indépendante (Inec).

Le vote communautaire et religieux est un phénomène très marqué au Nigeria, pays mosaïque de 173 millions d’habitants, le plus peuplé d’Afrique, majoritairement chrétien dans sa moitié sud et musulman dans sa moitié nord.

M. Buhari, un musulman du nord, a largement devancé M. Jonathan, un chrétien du sud, dans ses fiefs, de 1,7 million de voix dans l’Etat de Kano, le plus peuplé du nord, et de 650.000 voix dans celui de Kaduna.

Quant à M. Jonathan, il a été plébiscité dans la région pétrolifère du delta du Niger, au sud, remportant plus de 98% des suffrages dans son fief de Bayelsa et près de 95% dans l’Etat voisin de Rivers.

L’APC de M. Buhari, accusant le Parti démocratique populaire (PDP) de M. Jonathan d’avoir bourré les urnes dans l’Etat de Rivers, avait déposé une plainte auprès de l’Inec. Mais Attahiru Jega, le président de l’Inec, a considéré mardi que les accusations n’étaient "pas assez conséquentes" pour annuler le scrutin dans cet Etat.

L’Inec a promis d’examiner toutes les plaintes.

Son impartialité a été mise en cause en début d’après-midi par un responsable du PDP, qui a interrompu l’annonce des résultats partiels pour lancer à M. Jega: "Nous n’avons plus confiance en ce que vous faites".

A Lagos, capitale économique et ville la plus peuplée du pays, où les électeurs ont tendance à voter selon d’autres critères que l’origine et la religion des candidats, M. Buhari a devancé M. Jonathan.

Lagos, qui compte environ 20 millions d’habitants, est considéré comme un Etat-clé du scrutin, mais seulement 1,7 million des 5,8 millions d’électeurs enregistrés y ont voté pour la présidentielle et les législatives.

M. Buhari, qui améliore largement ses scores par rapport au scrutin de 2011, a axé sa campagne électorale sur la lutte contre la corruption endémique au Nigeria, pays à la croissance dynamique devenu l’an dernier la première puissance économique d’Afrique, riche de son importante production de pétrole mais aux inégalités sociales criantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite