Polémique en France sur le salaire “exorbitant” du nouveau PDG d’Air France-KLM

La nomination du Canadien Benjamin Smith à la tête d’Air France-KLM, continue de susciter du remous dans l’hegagone, mais cette fois-ci concernant les émoluments que doit toucher le nouveau PDG du groupe français, jugés ”exorbitants”.

Déjà que la nomination d’un Canadien à la tête du groupe français, avait indigné les syndicats du secteur. Ces derniers perçoivent mal l’arrivée d’un étranger pour diriger une compagnie nationale, allant jusqu’à évoquer une question de ”souveraineté”.

"Il est inconcevable que la compagnie Air France, française depuis 1933, tombe dans les mains d’un dirigeant étranger", s’étaient insurgées neuf organisations de l’intersyndicale des salariés du groupe franco-hollandais, parmi lesquelles le puissant SNPL, premier syndicat de pilotes de la compagnie, la CGT ou l’UNSA.

A cette polémique commentée en long et en large par les médias du pays, s’ajoute celle de la rémunération du nouveau PDG d’Air France-KLM, fortement critiquée elle aussi.

Le salaire de Benjamin Smith sera trois fois supérieur à celui de son prédécesseur, pouvant atteindre 4,2 millions d’euros par an, selon les médias de l’Hexagone.

L’annonce de ces émoluments à suscité l’ire et les critiques d’une partie de la classe politique française qualifiant le salaire que va percevoir le nouveau PDG d’Air France-KLM de ”mirobolant" et d’"exorbitant".

"Pourquoi doit-il gagner 3x plus que son prédécesseur ? Alors qu’on refuse toute augmentation aux salariés", s’indigne un député de La France insoumise dans un Tweet repris par Franceinfo.

Pour le Porte-parole du PCF (Parti Communiste français-Gauche), il s’agit d’une ”décision "honteuse", Le nouveau patron, Benjamin Smith, est "le même qui va expliquer aux salariés d’Air France qu’il faut aller vers la modération salariale", s’est-il insurgé, sur LCI.

Le conseil d’administration d’Air France-KLM avait nommé jeudi Benjamin Smith, actuel numéro 2 d’Air Canada, directeur général du groupe.

Benjamin Smith qui prendra ses fonctions chez Air France-KLM au plus tard le 30 septembre 2018, aura pour charge prioritaire de redynamiser Air France, de donner une profonde impulsion stratégique au groupe, et de travailler avec les équipes à une nouvelle approche managériale.

Cette nomination a été saluée par le gouvernement français qui a estimé que M. Smith représentait une "chance" pour le groupe aérien franco-néerlandais.

"C’est une chance pour Air France-KLM d’attirer un dirigeant de cette dimension qui dispose d’une importante expérience acquise au cours des 19 dernières années passées chez Air Canada, d’un sens du dialogue et d’une grande capacité de transformation", ont déclaré le ministre de l’Economie Bruno Le Maire et la ministre des Transports Elisabeth Borne dans un communiqué commun.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite