Paris, Madrid et Lisbonne s’engagent à la “bonne mise en oeuvre” du partenariat pour la mobilité avec le Maroc

La France, l’Espagne et le Portugal se sont engagés, jeudi à Paris, à “la bonne mise en oeuvre” du partenariat pour la mobilité avec le Maroc.

La France, l’Espagne et le Portugal se sont engagés, jeudi à Paris, à "la bonne mise en oeuvre" du partenariat pour la mobilité avec le Maroc.

Dans les conclusions de la réunion entre les ministres de l’Intérieur de la France, du Maroc, de l’Espagne et du Portugal, respectivement MM. Manuel Valls, Mohamed Hassad, Jorge Fernandez Diaz et Miguel Macedo, ces pays ont souligné que ce partenariat pour la mobilité "doit être conforme aux standards de l’Union européenne en matière de réadmission et de facilitation de la délivrance des visas".

Concernant la nouvelle politique migratoire décidée par le Roi Mohammed VI, les ministres ont rappelé, lors d’une conférence de presse conjointe, que la France et l’Espagne avaient envoyé des délégations de haut niveau à Rabat en décembre 2013 et janvier 2014 afin de faire bénéficier les autorités marocaines de leurs expériences nationales en matière de politique migratoire et de processus de régularisation des migrants.

L’Espagne poursuivra, par ailleurs, en 2014 sa participation au financement du programme de retour volontaire des migrants en situation irrégulière au Maroc, coordonné et développé au Maroc par l’Organisation internationale pour les migrations, poursuit le document lu lors de cette conférence de presse.

Les quatre responsables ont de même souligné la nécessité de poursuivre les efforts et de renforcer les actions afin de parfaire la création d’un bureau de lutte contre la fraude documentaire au Maroc.

Ils ont insisté, à cet égard, sur l’importance de l’échange des meilleures pratiques en matière de contrôle des frontières et l’échange de personnel opérationnel sur les frontière maritimes et aériennes.

Il conviendra de développer des solutions ciblées sur la lutte contre les réseaux criminels et de trafic de migrants à partir de l’exploitation opérationnelle des renseignements issus du terrain, ont-ils estimé, annonçant la mise en place prochainement d’un réseau d’équipes conjointes d’analyse et de coopération policière aux points névralgiques des principales routes migratoires.

Ils ont également fait savoir que le Portugal accueillera prochainement "un séminaire sur les bonnes pratiques en matière d’admission et d’accueil des migrants".

Les ministres ont, d’autre part, appelé à assurer une concertation en amont de la prochaine conférence ministérielle euro-africaine sur la migration et le développement qui se tiendra en Italie courant 2014.

Ils ont convenu de renforcer la coopération dans le domaine de la réadmission en vue de simplifier les procédures communes. A ce titre, la transmission informatique des données nécessaires à la délivrance des laissez-passer consulaires sera amplifiée.

La réunion de Paris, qui s’est tenue à huis clos, a permis aux quatre responsables de travailler sur les trois grands domaines d’action que constituent la lutte contre le trafic de stupéfiants, le terrorisme et la migration illégale.

La rencontre de Paris fait suite à une première réunion tenue en janvier 2013 à Rabat au cours de laquelle les quatre ministres s’étaient engagés pour chacun de ces volets à une série d’objectifs. Un chapitre de la déclaration de Rabat était spécifiquement consacré à la coopération policière.

La réunion de Paris a pour objectif, un an après la déclaration de Rabat, de dresser le bilan des réalisations, mais aussi d’avancer sur les objectifs restant à atteindre.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite