Marine Le Pen : “On ne peut pas se réconcilier” avec l’Algérie

Marine Le Pen :
La présidente du Front national, Marine Le Pen, a estimé dimanche que la France ne pouvait pas se réconcilier avec l’Algérie en raison des "réclamations" formulées par le président Abdelaziz Bouteflika.

Lors d’une interview sur BFMTV, elle a reproché à François Hollande d’avoir reconnu la répression de la manifestation du 17 octobre 1961. "À partir du moment où M. Hollande mettait un genou à terre devant l’Algérie, l’Algérie, avec M. Bouteflika à sa tête, exigerait qu’il se mette à plat ventre", a-t-elle déclaré. Le président français "a reconnu des centaines et des centaines de morts, alors que tout ça… s’est révélé absolument bidon", a-t-elle affirmé.

"Des histoires de gros sous"

"L’Algérie aujourd’hui exige que François Hollande se mette à plat ventre et qu’il fasse le mea culpa du méchant colonisateur", a déploré Marine Le Pen. Selon elle, Alger au passage présentera à Paris "l’addition financière parce que derrière cela il y a, dans l’esprit de M. Bouteflika, des histoires de gros sous". Quant à une réconciliation entre l’Algérie et la France, elle a jugé : "On ne peut pas se réconcilier, avec les réclamations qui sont faites par M. Bouteflika."

La présidente du FN a confié avoir regardé "avec un peu de soulagement" le bras d’honneur de Gérard Longuet. "Il m’a fait plaisir", a-t-elle dit du geste de l’ancien ministre de la Défense. "Enfin un peu de franchise et de spontanéité dans la vie politique", a-t-elle salué. "Nous n’avons pas de leçons à recevoir de M. Bouteflika", a-t-elle insisté. "L’Algérie aujourd’hui, c’est la censure, c’est l’absence de démocratie, ce sont des exactions, c’est le chômage de masse, c’est la pauvreté de masse."

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite