Libye: Le CCG et l’UE appellent à un cessez-le-feu “immédiat et sérieux”

Le Conseil de coopération du Golfe (CCG) et l’Union européenne (UE) appellent à un cessez-le-feu “immédiat et sérieux” en Libye, a indiqué, mercredi, le communiqué conjoint publié au terme de leur réunion, à Abou Dhabi, axée sur la coopération entre les deux groupes et sur l’examen de la conjoncture régionale et internationale.

Le CCG et l’UE déclarent que "le régime du colonel (Mouammar) Kadhafi a perdu sa légitimité" et expriment "leur soutien au CNT (opposition), un interlocuteur légitime qui représente les aspirations du peuple libyen".

"Nous demeurons déterminés à rechercher une rapide transition de pouvoir en Libye", a déclaré, pour sa part, la chef de la diplomatie européenne, Mme Catherine Ashton, lors d’une conférence de presse commune avec le ministre émirati des affaires étrangères, Cheikh Abdallah Ben Zayed Al-Nahyane.

Les Emirats arabes unis et le Qatar participent, aux côtés de pays membres de l’UE, aux opérations militaires menées pour faire respecter une zone d’exclusion aérienne au dessus de la Libye. La France et l’Italie ont annoncé mercredi, après Londres, l’envoi en Libye de conseillers militaires pour aider le conseil national de transition (opposition). A son tour, le secrétaire général de l’ONU M. Ban Ki-moon a appelé, lundi à Budapest, à un cessez-le-feu réel en Libye et prévoit l’extension de l’aide humanitaire à Tripoli.

"Nous avons trois objectifs: d’abord un cessez-le-feu immédiat et réel, deuxièmement, étendre notre aide humanitaire à ceux qui en ont besoin, troisièmement, nous devons poursuivre le dialogue politique et la recherche d’une solution politique", a déclaré M. Ban aux journalistes lors d’une visite officielle de trois jours en Hongrie.

"Vu l’ampleur de la crise (humanitaire) si les affrontements se poursuivent, il est absolument nécessaire que les autorités libyennes arrêtent les combats et de tuer des gens", a-t-il insisté.

Alors que des négociations pour une solution politique se poursuivent, le secrétaire général de l’ONU a appelé à une action internationale "de concert et en coordination avec le peuple libyen".

"Une fois un cessez-le-feu obtenu, la Libye aura besoin de larges efforts pour établir et maintenir la paix ainsi que pour la reconstruction", a-t-il poursuivi.

La situation humanitaire est particulièrement grave dans les villes où se déroulent les affrontements, a aussi souligné Ban Ki-moon.

"Il y a des dizaines de milliers de personnes dont les besoins de base ne sont pas satisfaits, donc nous avons un sérieux problème", a-t-il insisté.

M. Ban a indiqué que l’ONU prévoit d’étendre, en collaboration avec la Croix-Rouge et le Croissant-Rouge, l’aide humanitaire à Tripoli. Les Nations unies ont déjà établi une base humanitaire à Benghazi (est de la Libye) pour le demi-million de personnes qui ont fui ce pays, a-t-il précisé.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite