Libye : Découverte de 139 corps dans les charniers de Tarhounah depuis juin dernier

L’Autorité publique chargée de la recherche et de l’identification de personnes disparues en Libye a annoncé la découverte de 139 corps, depuis juin dernier, dans 47 charniers à Tarhounah (90 km au sud de Tripoli).

Une association de familles de victimes a organisé vendredi une prière à Tripoli pour 16 corps nouvellement identifiés ayant récemment été retrouvés, a précisé Lotfi Taoufik, directeur de l’Autorité publique chargée de la recherche et de l’identification de personnes disparues en Libye.

Jeudi dernier, une fosse commune a été découverte dans la ville de Tarhouna avec une dizaine de cadavres non identifiés.

D’après le ministère de l’Intérieur du Gouvernement d’union nationale (GNA), dix dépouilles “non identifiées” ont été extraites dans une zone de la ville de Tarhouna où de nombreuses dépouilles avaient déjà été retrouvées.

Il a précisé dans un communiqué publié sur sa page Facebook que ces corps ont été découverts par une équipe mixte du Département des enquêtes criminelles, de l’Autorité publique pour la recherche et l’identification des disparus, et du département de la médecine légale, “seule habilitée à accéder aux fosses communes à Tarhouna.

Parmi les dépouilles extraites jeudi, “trois corps ont les yeux bandés et poings liés”, a fait savoir la même source.

Le 11 juin dernier, l’ONU s’est dite “horrifiée” par des informations sur la découverte de charniers dans la région de Tarhouna, qui était autrefois le principal centre d’opérations militaires de l’Armée nationale libyenne lors de son offensive menée contre le gouvernement d’Union nationale reconnu par les Nations unies.

Depuis avril 2019, des milliers de personnes, dont de nombreux civils, ont été tuées et plus de 200.000 déplacées en Libye, pays plongé dans le chaos depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite