Le siège de membre permanent au CS de l’ONU “est à la France et le restera”

La France a vivement démenti, mercredi, des informations du quotidien britannique The Daily Telegraph selon lesquelles Paris serait prête à mettre à disposition de l’Union européenne son siège de membre permanent au Conseil de sécurité de l’ONU.

“Contrairement aux affirmations du tabloïd anglais Daily Telegraph relayées ce matin, non, la France n’a pas proposé de laisser son siège au Conseil de sécurité des Nations unies”, a réagi l’Elysée.

“Il (le siège) est à la France et le restera”, a écrit la présidence française sur Twitter.

“Nous nous coordonnons avec l’UE autant que nécessaire et en toute souveraineté”, a précisé l’Elysée dans sa réaction, citée par les médias de l’Hexagone.

La France est l’un des cinq membres permanents du Conseil de sécurité avec la Chine, les Etats-Unis, la Russie et le Royaume-Uni.

Le tabloïd britannique The Daily Telegraph a publié son article en pleine crise diplomatique entre Paris d’un côté et Washington, Canberra et Londres de l’autre, à la suite de la décision de ces trois capitales de conclure un partenariat stratégique dans la zone indopacifique, qui a fait perdre à la France un important contrat de 56 milliards d’euros pour la livraison de 12 sous-marins de fabrication française aux Australiens.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite