Le Maroc renouvelle son engagement pour le renforcement de ses relations avec “l’Alliance du Pacifique”

L’ambassadeur du Maroc au Mexique, Abderrahmane Leibek, a renouvelé l’engagement du Royaume à consolider ses relations avec les pays membres de l'”Alliance du Pacifique”, et de soutenir les idéaux et objectifs de ce bloc régional.

Dans son intervention, à l’occasion du 9ème Sommet de l’Alliance, vendredi à Punta Mita (Etat du Nayarit-Mexique), M. Leibek a souligné que le Maroc et les pays membres du bloc régional font face aux mêmes contraintes imposées par la situation économique internationale et les défis du développement humain.

"L’Alliance du Pacifique", créée à Lima en 2011, qui compte actuellement quatre pays membres (Colombie, Chili, Mexique et Pérou), a pour objectif de fournir une plateforme pour l’intégration économique et commerciale entre les Amériques et les autres pays de la région Asie-Pacifique.

Le Maroc, premier pays arabe et africain à avoir bénéficié du statut d’observateur auprès du bloc, a été admis lors du 8ème sommet de l’Alliance, réunie en février dernier à Carthagène (Colombie) et rejoint entre autres les Etats-Unis, la France, le Royaume-Uni, l’Italie, l’Allemagne, le Japon, l’Espagne et la Chine, rappelle-t-on.

L’ambassadeur a fait part de sa conviction que le grand potentiel dont dispose ce nouveau groupe régional permettra au Maroc de relever les nouveaux défis aux plans économique, social, sécuritaire, environnemental et énergétique propres aux deux régions.

Le Royaume, qui déploie des efforts considérables pour la promotion de la coopération Sud-Sud, est disposé "à renforcer les relations avec tous les pays de l’Alliance du Pacifique, en vue de jeter les bases d’initiatives concrètes dans le cadre d’un dialogue constructif, et partant "mieux s’adapter aux nouvelles évolutions de notre environnement".

La prochaine ouverture à Casablanca d’un bureau commercial du groupement "contribuera à renforcer les relations économiques et commerciales avec tous les pays de l’Alliance", a-t-il dit.

Cela constituera également, selon M. Leibek, une plate-forme pour l’écoulement des produits de ces pays dans les marchés européen, arabe et africain, eu égard à la situation géostratégique du Maroc, carrefour des échanges commerciaux internationaux entre l’Amérique, l’Europe, l’Afrique et le Moyen-Orient.

Il a tenu à souligner que le renforcement des relations avec les pays africains, en particulier l’Afrique de l’Ouest, sont au cœur de la stratégie du Maroc qui repose sur les vertus de la coopération sud-sud et sur l’impératif du développement humain.

Et de rappeler, dans ce contexte, les nombreuses visites effectuées par le Roi Mohammed VI dans les pays de la région ce qui a contribué, a-t-il dit, à l’établissement d’une relation singulière et au renforcement des relations économiques.

Le diplomate a suggéré, à cet égard, d’approfondir la réflexion sur la voie prometteuse de la coopération sud-sud, notamment avec les pays africains à travers le Maroc en tant que porte d’entrée vers le continent, notant que la plupart des organisations internationales ont loué le modèle établi par le Royaume en matière de coopération sud-sud, notamment en Afrique.

L’ambassadeur a, par ailleurs, mis en avant les réformes structurelles engagées par le Maroc, sous la sage direction de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, aux plans politique, économique, social, ainsi que les grands chantiers de développement mis en œuvre.

Il a, de même, évoqué les infrastructures de niveau international et le capital humain dont dispose le Royaume, citant également les fondamentaux économiques solides, un taux de croissance stable en plus de la possibilité, pour les différents investisseurs et opérateurs, d’accéder à un marché estimé à plus d’un milliard de consommateurs, grâce aux nombreux accords de libre-échange et de partenariats conclus par le Maroc.

Vaste marché de plus de 210 millions de consommateurs, l’Alliance pacifique concentre 36 pc du PIB de l’Amérique latine et Caraïbe (2.188 Mds USD en 2013), près de la moitié du commerce de biens de cette zone et a accueilli 41 pc des flux d’IDE de la région en 2012.

Le Maroc est membre observateur dans plusieurs instances à caractère régional en Amérique Latine, notamment l’Organisation des Etats Américains (OEA), le Parlement Andin et le Secrétariat Général Ibéro-américain (SEGIB).

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite