La Syrie refuse désormais les “solutions arabes” (Mouallem)

La Syrie refuse désormais "les solutions arabes" à la crise, a déclaré mardi le ministre syrien des Affaires étrangères Walid Mouallem, en rejetant le nouveau plan pour lequel la Ligue arabe a demandé l’appui de l’ONU.

"Fini les solutions arabes", a-t-il dit lors d’une conférence de presse à Damas, après avoir accusé les Arabes de "comploter" pour internationaliser la crise et de prendre des décisions "en sachant qu’elles seront rejetées" par les autorités" syriennes.

Le ministre syrien a affirmé par ailleurs que la Russie, alliée de Damas, n’acceptera jamais une intervention étrangère contre la Syrie.

Une résolution condamnant la répression en Syrie, qui a fait plus de 5.400 morts depuis mars selon l’ONU, est bloquée depuis plusieurs semaines au Conseil de sécurité par Moscou, allié traditionnel de Damas, qui s’oppose fermement à toute ingérence dans le conflit.

"Personne ne peut douter de la relation syro-russe, car elle est historique et sert les intérêts des deux peuples. La Russie n’acceptera jamais une intervention étrangère en Syrie, c’est une ligne rouge", a-t-il dit.

Après plus de dix mois de révolte, marquée par des manifestations quotidiennes réprimées dans le sang, M. Mouallem a affirmé que le régime était déterminé à combattre les "groupes armés" accusés de semer le chaos en Syrie.

"Il est du devoir du gouvernement syrien de décider de ce qui est nécessaire pour traiter avec ces groupes armés qui sèment (le chaos) dans certains gouvernorats", a affirmé M. Mouallem ajoutant que le peuple appuie "la solution sécuritaire" pour mettre fin à la crise.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite