La presse bahreïnie démontre la similitude entre le “Polisario” et les milices Houthies yéménites soutenues par Téhéran

Les séparatistes du front “Polisario” et les milices Houthies yéménites puisent leur doctrine de l’approche et de la conception terroriste, violente et sanguinaire du régime iranien, ont affirmé des journaux bahreïnis.

Dans leurs éditions de ce mercredi, ils ont relevé que l’Iran ne cesse de saisir et d’exploiter tout conflit auquel est confronté un pays arabe dans le but d’apporter son assistance inconditionnelle aux groupes séparatistes, rappelant le cas du Maroc où Téhéran a soutenu dernièrement le front "Polisario".

"Il existe bel et bien une similitude entre les rebelles Houthis et le front +Polisario+, dans la mesure où les deux groupes s’inscrivent en droite ligne avec l’approche terroriste, violente et séparatiste prônée par l’Iran", ont-ils soutenu.

Le lien étroit et viscéral qu’entretiennent l’Iran et Hezbollah d’un côté, et le front "Polisario+ de l’autre, sert le projet expansionniste de l’Iran, dont le régime aspire à prendre pied en Afrique et à déstabiliser l’ensemble des pays arabes, même les plus lointains géographiquement, ont-ils estimé.

Dans ce sens, l’éditorialiste d’+Al Watan+ souligne que le front "Polisario" ne représente qu’une infime partie de la panoplie des politiques hostiles de l’Iran et du Hezbollah à l’égard de l’Afrique du Nord et de l’Ouest, rappelant qu’à partir des années soixante-dix, le "Polisario" avait déclaré la guerre au Maroc pour le priver de son Sahara et porter préjudice à son intégrité territoriale et à sa souveraineté.

Le front "Polisario", relève le journal, s’est toujours opposé à l’ensemble des initiatives proposées par le Maroc pour parvenir à une solution politique, définitive et durable à ce conflit, dont la dernière en date est le plan d’autonomie élargie des provinces du sud du Royaume, soutenu depuis des années par la communauté internationale et les grandes puissances mondiales, en particulier les Etats-Unis.

Pour l’auteur de l’article, "tant qu’il existe des parties qui tirent profit de ce conflit, la solution de la question du Sahara marocain tardera à voir le jour", relevant que le "Polisario" est devenu un des créneaux sur lequel table Téhéran pour mettre en oeuvre ses politiques, ainsi que celles du Hezbollah en Afrique du Nord et de l’Ouest, ce qui requiert une riposte ferme et rigoureuse de la part des pays arabes face à cette nouvelle donne.

De son côté, +Akhbar Al Khalij+ indique que l’Iran ne cesse de soutenir les groupes hostiles au pouvoir en place dans les pays arabes à travers l’assistance financière et l’approvisionnement en armes, comme en témoigne son appui dernièrement aux séparatistes du front "Polisario".

Dans ce sens, la publication a appelé les pays arabes à ne ménager aucun effort pour apporter leur soutien au Royaume du Maroc contre les ingérences de l’Iran et du Hezbollah, étant donné qu’il s’agit d’un devoir national, notant que les pays arabes, ainsi que le Conseil de coopération du golfe (CCG) veilleront, coûte que coûte, à ce que la sécurité du Maroc soit préservée, dans la mesure où il elle fait partie intégrante de la sécurité stratégique de l’ensemble des pays arabes.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite