L’Espagne pourrait déclarer “l’état d’alerte” à cause de la grève des contrôleurs aériens

Le conseil des ministres espagnol extraordinaire qui se tient samedi matin pourrait déclarer "l’état d’alerte" à cause de la grève des contrôleurs aériens qui a provoqué la fermeture, depuis vendredi, de l’espace aérien de l’Espagne, a indiqué le vice président du gouvernement, Alfredo Pérez Rubalcaba.

" L’état d’alerte " signifie la mobilisation de l’ensemble des contrô leurs aériens et la mise à disposition immédiate de la justice de tous ceux d’entre eux qui ne se présenteront pas à leurs postes de travail, a expliqué Rubalcaba dans des déclarations à la presse.

L’Espace arien espagnol restera fermé samedi, au moins jusqu’à 13h00 (HL), selon les dernières informations fournies par AENA, l’agence chargée de la gestion des aéroports espagnols.

Près de la moitié des contrôleurs aériens grévistes se sont présentés samedi à leurs postes de travail, " mais ils refusent de travailler " sous prétexte de problèmes de santé, selon la même source, qui souligne que la situation " est la même " que celle de vendredi.

Le gouvernement espagnol avait annoncé vendredi soir qu’il confiait à l’armée la gestion du contrôle aérien à cause de cette grève qui avait éclaté quelques heures plus tôt.

Les contrôleurs aériens ont abandonné massivement leurs postes de travail vendredi en fin d’après-midi sous prétexte de problèmes de santé et ce, en protestation contre une mesure adoptée peu avant en Conseil des ministres, plafonnant à 1.670 heures par an leur temps de travail.

MAP

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite