L’Australie déjoue un “complot terroriste” visant un avion

La police australienne a déjoué un "complot terroriste" d’inspiration islamiste visant à détruire un avion en vol avec un engin explosif et arrêté quatre personnes à Sydney.

"Je peux annoncer que la nuit dernière une importante opération de contre-terrorisme a eu lieu pour déjouer un complot terroriste visant à provoquer la chute d’un avion", a déclaré dimanche le Premier ministre Malcolm Turnbull à des journalistes.

Dans la foulée, les mesures de sécurité ont été renforcées dans les principaux aéroports du pays-continent.

"La menace terroriste est bien réelle", a averti le chef du gouvernement, précisant que le projet d’attaque semblait être davantage un "complot élaboré" que l’oeuvre d’un loup solitaire.

Les autorités n’ont pas précisé si l’attaque visait un vol national ou international, mais selon le quotidien Daily Telegraph de Sydney, elle avait pour cible une liaison domestique.

Les quatre hommes, qui n’ont pas été formellement inculpés et dont l’âge n’a pas été révélé, ont été arrêtés samedi lors d’opérations de police dans des maisons situées dans au moins quatre quartiers de Sydney, y compris le centre-ville.

Dimanche soir, la justice a prolongé de sept jours la période de leur détention sans inculpation.

Ils sont soupçonnés d’être liés à un complot "d’inspiration islamique", a déclaré le commissaire Andrew Colvin, de la police fédérale australienne.

"Nous sommes persuadés qu’il s’agit de terrorisme d’inspiration islamique. Nous devons enquêter de manière approfondie sur ce qui se cache exactement derrière cela", a expliqué le commissaire.

Des informations recueillies ces derniers jours ont mis les forces de l’ordre sur la piste d’une possible attaque terroriste avec un engin artisanal préparé par des individus à Sydney, a observé M. Colvin.

"Les autorités policières ont eu connaissance de renseignements suggérant que certaines personnes à Sydney projetaient de commettre un attentat en utilisant un engin explosif improvisé", a-t-il souligné.

Des éléments "d’un grand intérêt pour la police" ont été recueillis lors des interpellations, mais pour autant, les enquêteurs ne disposent pas pour l’instant de "beaucoup d’informations concernant cette attaque, le lieu, la date ou l’heure", a indiqué le commissaire, ajoutant que l’enquête serait "très longue".

afp

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite