Irak : empêcher Maliki d’accomplir un troisième mandat constituerait “une mesure salutaire » (dignitaire chiite)

La coalition du Premier ministre irakien Nouri al Maliki ne doit pas soutenir sa décision de briguer un troisième mandat à la tête du gouvernement et doit désigner un autre candidat, estime le dignitaire chiite Moktada al Sadr alors que le parlement ne parvient pas à s’entendre sur la formation d’un nouveau cabinet.

Dans un communiqué publié sur son site samedi soir, Sadr estime que Maliki a engagé l’Irak dans des "contentieux durables sur la sécurité et dans des crises politiques majeures".

Il estime qu’empêcher Maliki, au pouvoir depuis 2006, d’accomplir un troisième mandat constituerait "une mesure salutaire" même si sa coalition de l’Etat de droit est arrivée en tête des élections parlementaires en avril.

"Il est nécessaire que les personnalités et les blocs (politiques) fassent preuve d’un courage national et paternel en essayant d’atteindre un objectif plus élevé et plus général, ce qui signifie selon moi de changer de candidat", ajoute-t-il.

Le dignitaire religieux et plusieurs de ses alliés politiques avaient déjà émis le souhait que le prochain Premier ministre soit choisi en dehors de la coalition de l’Etat de droit.

Cette coalition fait partie de l’Alliance nationale, un bloc réunissant toutes les formations chiites favorables ou opposées à l’actuel chef du gouvernement.

Maliki a exclu vendredi l’idée de ne pas briguer un troisième mandat en dépit des pressions qui s’accentuent à la fois chez ses rivaux et au sein de sa communauté.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite