Guéant se voit décerner le “triple A de l’escalade xénophobe”

Cible d’une nouvelle attaque de la gauche pour des propos sur les civilisations jugés polémiques, le ministre de l’Intérieur Claude Guéant a déclaré dimanche ne pas regretter son discours et a accusé l’opposition de nourrir artificiellement la controverse dans le contexte de la campagne présidentielle.

Les ministres UMP François Baroin, Gérard Longuet et Xavier Bertrand ont pris sa défense, tandis qu’Henri Guaino, conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, appelait à cesser "l’hystérie" à moins de 80 jours du premier tour de l’élection présidentielle pour laquelle le candidat socialiste François Hollande est donné favori.

Le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, a en revanche nuancé son soutien, en soulignant que si "sur le fond" Claude Guéant était "un républicain", l’usage du mot "civilisation" pouvait "prêter à confusion". "Tous les systèmes politiques ne se valent pas", a-t-il corrigé sur BFM TV.

Alain Juppé a égaklement mis en garde contre "le choc des civilisations", relevant toutefois des "sensibilités différentes" à droite.

Quant à Harlem Désir, numéro deux du Parti socialiste, il accuse Claude Guéant de s’ériger en "rabatteur de voix FN" au service d’"une majorité en perdition électorale et morale".

Les propos en question, prononcés samedi à huis clos à l’Assemblée nationale, lors d’une réunion du syndicat étudiant UNI, proche de la droite, ont été confirmés dimanche par le ministre de l’Intérieur et des Cultes sur RTL.

Lors d’un discours sur le "relativisme de gauche", il a estimé : "Contrairement à ce que dit l’idéologie relativiste de gauche, pour nous, toutes les civilisations ne se valent pas".

"Celles qui défendent l’humanité nous paraissent plus avancées que celles qui la nient. Celles qui défendent la liberté, l’égalité et la fraternité nous paraissent supérieures à celles qui acceptent la tyrannie, la minorité des femmes, la haine sociale ou ethnique. En tout état de cause, nous devons protéger notre civilisation", a-t-il ajouté.

Dans une interview à paraître lundi dans La Dépêche du Midi, le candidat centriste François Bayrou déplore "un dangereux détournement de pensée" visant l’islam avec "une volonté de dresser les sociétés les unes contre les autres".

Ces propos, "je ne regrette pas", a dit Claude Guéant sur RTL, déplorant que "certains à gauche continuent à extraire des petites phrases de leur contexte". "Pour nous, tout ne se vaut pas. Pour la gauche, apparemment, si j’en juge par les réactions (…), tout se vaut", a-t-il ajouté.

Interrogé également sur France Inter, le ministre a dit ne viser "aucune culture en particulier" mais a choisi à l’appui de son raisonnement deux exemples liés à l’islam : le port du voile intégral et les prières de rue.

Le ministre de l’Intérieur a déjà été au coeur de controverses dans un passé récent, pour avoir notamment déclaré que le nombre de fidèles musulmans en France posait "problème".

L’ancien Premier ministre Dominique de Villepin, candidat à l’élection présidentielle, a invité à ne pas "blesser" les amis de la France.

"Situer dans une hiérarchie les civilisations les unes par rapport aux autres, c’est courir le risque d’alimenter un certain nombre d’idées reçues, de haines, de méconnaissance de l’autre qui me paraissent dangereuses", a-t-il dit au Forum de Radio J.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite