France: Critiqué, l’Observatoire de la laïcité appelle à combattre l’islamisme “avec sang-froid”

Critiqué par des partisans d’une laïcité plus offensive et appelé par le gouvernement à “évoluer”, l’Observatoire de la laïcité a défendu jeudi son bilan et la nécessité de lutter contre l’islamisme “avec sang-froid”, plus de formations et de mixité sociale.

Un dernier rapport avant de partir au printemps? Le président de cette instance, l’ancien ministre socialiste Jean-Louis Bianco, et son rapporteur général Nicolas Cadène ont publié jeudi leur 7e rapport annuel dans un contexte de vif débat sur la laïcité, relancé par les derniers attentats islamistes.

La mort “atroce” de Samuel Paty en octobre suivie de celle de trois fidèles catholiques à Nice “nous ont tous profondément heurtés et convaincus de la nécessité de faire bloc” plus que jamais “contre l’islamisme radical”, écrivent les deux dirigeants de cet observatoire chargé d’assister le gouvernement dans son action pour le respect de la laïcité.

Mais “pour lutter efficacement contre l’adversaire” en cette époque où “les crispations sur les religions suscitent un émoi important”, il faut “garder son sang-froid” et avoir “un débat serein” sur la laïcité pour éviter les “confusions”, soulignent-ils.

“Les confusions autour du principe de laïcité, qui conduisent parfois à son rejet ou à son instrumentalisation, sont toujours aussi courantes”, relève l’Observatoire qui plaide pour un strict respect des lois en vigueur, au moment où le gouvernement veut légiférer contre les “séparatismes” et où certains responsables politiques réclament de nouvelles interdictions de signes religieux.

S’il rappelle l’exigence d’une “vigilance absolue vis-à-vis de tout manquement aux lois de la République en vigueur”, le rapport souligne également la nécessité “d’assécher le terreau radical par des mesures sociales, notamment la mixité” pour éviter les replis sur soi religieux ou identitaires, a expliqué à l’AFP M. Bianco.

L’Observatoire, installé en 2013 et formé d’une vingtaine d’experts et parlementaires, se félicite que plusieurs de ses avis et préconisations aient été repris par le président Macron dans ses discours ou projets de loi récents (contrôle renforcé des associations à but religieux et des financements étrangers des lieux de culte…), y compris celui destiné à lutter contre les “séparatismes”.

Il appelle également à “changer de braquet dans la formation des agents de l’Etat à la laïcité, dissiper la confusion et les méfiances en rappelant qu’elle est également un principe de liberté tant qu’on respecte strictement la loi, a ajouté M. Bianco, en s’inquiétant notamment de l'”essoufflement des formations” dans l’Éducation nationale.

 

 Les deux laïcités

 

La “sérénité” réclamée par MM. Bianco et Cadène contraste avec l’agitation qui a prévalu ces dernières semaines à propos de l’Observatoire, illustrant le débat déjà ancien sur les deux conceptions de la laïcité à la française.

Quatre jours après l’assassinat de Samuel Paty, Matignon avait annoncé son intention de “renouveler” prochainement l’Observatoire pour qu’il soit davantage “en phase” avec sa politique, nourrissant des rumeurs de départ des deux hommes. Le gouvernement a depuis indiqué qu’il iraient jusqu’à la fin de leur mandat en avril prochain.

Fin octobre, une cinquantaine de personnalités (dont Élisabeth Badinter, Marcel Gauchet, Richard Malka et Caroline Fourest) avaient appelé le gouvernement à tourner la page d’années marquées selon elles par des “compromis” avec “l’islam radical”.

Ces partisans d’une limitation plus poussée de la liberté religieuse, et notamment du port de signes religieux comme le voile, accusent depuis des années MM. Bianco et Cadène de ne pas en faire assez contre l’islamisme, voire d’être complaisants à son égard.

Les deux dirigeants de l’Observatoire prônent le respect de la liberté religieuse tant qu’elle respecte les lois en vigueur et ne trouble pas l’ordre public. Une vision que le candidat Emmanuel Macron revendiquait en 2017, mais dont il semble, comme une partie de sa majorité, s’être éloigné, notamment après l’assassinat de M. Paty.

Le rapport de l’Observatoire, qui a participé depuis sept ans à la formation de 350.000 acteurs de terrain, note que la population en général pratique de moins en moins les religions. Quant aux atteintes à la laïcité, difficiles à quantifier, elles se caractérisent notamment par des “replis sur des valeurs traditionnelles et religieuses” dans des zones urbaines ou rurales “où le sentiment de relégation sociale est très fort”.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite