Etudiant italien supplicié: l’Egypte rejette les accusations contre sa police

Le ministre égyptien de l’Intérieur a vivement rejeté lundi les accusations visant les forces de sécurité dans la mort de l’étudiant italien Giulio Regeni, qui avait disparu au Caire et dont le corps a été retrouvé atrocement torturé 10 jours après.

“Cela n’est pas arrivé”, a-t-il martelé lors d’une conférence de presse en réponse à un journaliste qui lui demandait si le jeune doctorant de Cambridge de 28 ans avait été “arrêté par la police”. “Nous rejetons ces accusations”, ces “rumeurs”, “nous n’acceptons pas même qu’on y fasse allusion, ce ne sont pas les pratiques des appareils de sécurité de l’Etat”, a insisté Magdy Abdel Ghaffar.

"Cela n’est pas arrivé", a-t-il martelé lors d’une conférence de presse en réponse à un journaliste qui lui demandait si le jeune doctorant de Cambridge de 28 ans avait été "arrêté par la police". "Nous rejetons ces accusations", ces "rumeurs", "nous n’acceptons pas même qu’on y fasse allusion, ce ne sont pas les pratiques des appareils de sécurité de l’Etat", a insisté Magdy Abdel Ghaffar.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite