Eliminatoires CAN-2012: Le match Algérie-Maroc, un “choc sous haute tension”

Eliminatoires CAN-2012: Le match Algérie-Maroc, un
Le match qui opposera, dimanche soir, l’Algérie au Maroc au titre des qualifications pour la Coupe d’Afrique des Nations (CAN-2012), est un «choc sous haute tension», estime la presse dominicale française.

«Amplifié par les révoltes arabes, ce choc va se jouer sous haute tension» à Annaba (est de l’Algérie), écrit +Le Parisien/Aujourd’hui en France+, en citant le milieu de terrain des Fennecs Hassen Yebda.

«Ca ne reste qu’un match de foot, mais les gens ont envie de faire entendre certaines choses (à) On est dans notre bulle, mais on est conscients de jouer aussi pour que le peuple se sente mieux», ajoute-il, notant que «cela se passe souvent comme ça en Algérie».

«On respecte les Algériens, mais on est conscients de nos qualités. Il faudra faire abstraction de ce qui pourra se passer autour. On s’attend à une chaude ambiance, mais on n’a pas peur», estime pour sa part l’international marocain Houssine Kharja.

«Il y a tellement de souffrance et de frustration que le besoin de se révolter se fait sentir. Je ne suis pas là pour juger, mais, au Maroc, le Roi fait beaucoup pour son peuple», affirme-t-il.

«L’ambiance promet d’être explosive dimanche dans le vieux stade d’Annaba», note, pour sa part, le quotidien sportif +L’Equipe+, mais le défenseur des Lions de l’Atlas, Chrétien Bassir, affiche la sérénité en affirmant : «Depuis que je joue pour le Maroc, j’ai vécu des ambiances très chaudes. Alors, une de plus…».

«Nous sommes préparés au contexte et au défi physique que l’Algérie va sans doute tenter de nous imposer. La pression est davantage sur eux que sur nous», poursuit-il au journal.

«Un match nul sera une bonne opération pour nous, mais je crois en notre potentiel offensif. Et avec une victoire, on se rapprocherait de la qualification», ajoute Bassir.

Le derby Algérie-Maroc se joue dans «un contexte toujours passionnel», car les Fennecs qui n’ont marqué que sept buts dans leurs quinze derniers matches (depuis le 1er janvier 2010) se trouvent dans une situation des plus délicates.

«Même dans leurs pires cauchemars, les Algériens n’avaient pas imaginé qu’ils se retrouveraient confrontés à une telle réalité comptable après seulement deux journées», commente L’Equipe.

«Tenus en échec par la Tanzanie (1-1) et battus par la Centrafrique (0-2), le leader du groupe, les Fennecs ne peuvent plus commettre d’écarts s’ils veulent participer au grand raout africain l’année prochaine au Gabon et en Guinée Equatoriale», ajoute-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite