Colombie: la droite, hostile à la paix avec les Farc, remporte les élections législatives

La droite, hostile à l’accord de paix avec l’ancienne guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), a remporté dimanche les élections législatives, mais sans majorité, selon des résultats partiels portant sur 94,47% des suffrages.

Le Centre démocratique (CD), fondé par l’actuel sénateur et ancien président ultraconservateur, Alvaro Uribe, vient en tête avec 19 sièges au Sénat et 33 à la Chambre des représentants, selon les données publiées par l’autorité électorale du pays sud-américain.

Quant au Parti libéral, il a remporté 14 sièges au Sénat et 35 à la chambre basse, suivi de Cambio radical (Changement radical, droite) avec 16 sièges au Sénat et 30 à la Chambre des représentants.

Pour sa part, le Parti de la U, auquel appartient le président Juan Manuel Santos, a remporté 14 sièges au Sénat et 25 à la Chambre des représentant, suivi du Parti conservateur avec 15 sièges au Sénat et 21 à la Chambre des représentants. La Alianza verde (Alliance verte) a recueilli, quant elle, 10 sièges au Sénat et 9 à la Chambre des représentants. A gauche de l’échiquier politique, le Pôle démocratique alternatif (PDA) a remporté cinq sièges au Sénat et 2 à la Chambre des représentants.

Les sièges restants sont revenus à des petites formations et mouvements tels Mira, Option citoyenne et "Lista por la Decencia".

Au vu de ces résultats, aucune force politique n’a obtenu une majorité claire lui permettant de peser sur l’élection présidentielle dont le premier tour est prévu le 27 mai prochain.

Ces élections ont été marquées par la participation pour la première fois dans l’histoire du pays sud-américain, du parti issu de la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc).

En vertu de l’accord signé en novembre 2016 avec le gouvernement colombien, la Force alternative révolutionnaire commune (Farc) a droit d’office à cinq sièges au Sénat et autant à la Chambre des représentants, quel soit son score électoral.

Plus de 36 millions de Colombiens inscrits sur les listes électorales étaient conviés, dimanche, à élire, au suffrage universel direct, les 108 membres du Sénat ainsi que les 172 députés de la Chambre des représentants, pour un mandat de quatre ans.

Ces élections ont valeur de test pour les forces politiques à plus de deux mois du scrutin présidentiel.

Le prochain président qui sera élu lors de ce scrutin en remplacement de l’actuel chef d’État Juan Manuel Santos, dont le mandat vient à échéance le 7 août prochain, aura besoin d’une majorité confortable pour faire passer les lois de son futur gouvernement au Congrès et gouverner en position de force.

Trois candidats figurent en tête des sondages pour la prochaine présidentielle. Il s’agit du sénateur Ivan Duque, du CD, de l’ancien maire de Bogotá, Gustavo Petro, et de Sergio Fajardo, ancien maire de Medellín (nord-ouest).

Avec MAP

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite