Chema Gil: un spécialiste de la question du Sahara, met à nu l’imposture du “polisario”

L’écrivain-journaliste espagnol Chema Gil, fin connaisseur du conflit du Sahara, vient de publier une longue tribune intitulée “Guerre ou paix: la supercherie du front polisario”, dans laquelle il met à nu l’imposture des séparatistes.

Chema Gil: un spécialiste de la question du Sahara, met à nu l
Dans cette analyse largement reprise sur les sites d’information espagnols, Chema Gil entend également dévoiler, à l’opinion publique de son pays souvent induite en erreur, la réalité "d’un groupe non démocratique qui ne tolère aucune opposition".

Selon l’auteur, le "polisario" et l’Algérie violent depuis plus d’une trentaine d’années les droits humains de milliers de Sahraouis, qui, aujourd’hui, veulent renouer avec la vie digne, mais cette réalité est méconnue d’une bonne partie des Espagnols, qui demeurent toujours marqués par des évènements ayant eu lieu à la fin de années 1960 et au milieu des années 1970.

M. Gil leur rappelle que le polisario a assassiné des pêcheurs et des soldats espagnols, déplorant que ces faits ne soient pas largement médiatisés dans son pays.

L’auteur souligne sans détour que le "polisario" n’est qu’un groupe terroriste qui impose aujourd’hui sa loi à sa propre population, qui après plus d’une trentaine d’année aspire à pouvoir vivre dignement, à donner une éducation à ses enfants et à se développer dans un pays comme le Maroc, qui est en train de démontrer un ferme engagement pour le développement social, économique et culturel de ses habitants.

Pour l’écrivain-journaliste espagnol, il ne fait aucun doute que le "polisario" est "un groupe non démocratique" qui prétend représenter une entité fantoche où aucune opposition n’est tolérée, au risque que l’on soit condamné au bannissement et à l’incarcération, voire à la disparition.

(Avec MAP)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite