Burkina Faso: Le lieutenant-colonel Zida a pris le pouvoir et promis une “transition démocratique apaisée”

Un officier de la garde présidentielle du Burkina Faso a annoncé samedi avoir pris le pouvoir et promis une “transition démocratique apaisée” en laissant entendre qu’il avait organisé un putsch contre le chef d’état-major de l’armée au lendemain de la démission du président Blaise Compaoré.

Ce dernier, en poste depuis 27 ans, a annoncé sa démission vendredi après deux journées de manifestations de masse dans les rues de la capitale, Ouagadougou, contre le projet de modification de la constitution qui devait lui permettre de se maintenir à la tête du pays.

Au moins trois personnes ont été tuées après l’entrée de manifestants dans le bâtiment du parlement.

Le chef d’état-major de l’armée, le général Honoré Traoré, un proche de Blaise Compaoré, a annoncé vendredi assumer l’intérim de la présidence mais son arrivée au pouvoir a été contestée par les manifestants et par un certain nombre d’officiers de l’armée.

Des échanges de tirs nourris ont été entendus près du palais présidentiel aux premières heures de la journée de samedi et peu après, le lieutenant-colonel Zida a annoncé à la radio qu’il avait pris le pouvoir.

"J’assume désormais, à partir d’aujourd’hui, les responsabilités de chef de cette transition et de chef de l’Etat pour assurer la continuité de l’Etat", a-t-il dit dans une allocution prononcée, en uniforme, dans un studio de la chaîne de télévision BF1.

"Je salue la mémoire des martyrs de cette insurrection et m’incline devant les sacrifices consentis par notre peuple", a-t-il ajouté.

Isaac Zida a expliqué que l’armée était intervenue "pour éviter que s’installe l’anarchie" et "amorcer un processus de transition démocratique". Il a assuré que l’ensemble des partis politiques et des organisations de la société civile y seraient associés.

Il a également demandé la "compréhension" et le soutien de la communauté internationale et en particulier de l’Union africaine et de la Cédéao, la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite