Berlusconi: l’affaire Rubygate reprend

Après avoir affronté plusieurs procès dans des affaires de corruption, Silvio Berlusconi se trouve cette fois accusé de recours à la prostitution de mineure. Mais ce “Rubygate”, du nom de la jeune femme à l’origine de l’affaire, a toutes les chances de se transformer en roman judiciaire au long cours. En effet les avocats du chef du gouvernement italien tentent d’obtenir que le Cavaliere soit, pour une partie des faits, jugé par une autre juridiction.

Berlusconi: l
Incitation à la prostitution de personne mineure, et abus de pouvoir. Telles sont les accusations qui pèsent sur Silvio Berlusconi. Soit d’avoir payé à une dizaine de reprises des prestations sexuelles de Ruby, entre février et mai 2010, alors qu’elle était mineure, un délit passible de trois ans de prison en Italie. Tous deux nient avoir eu des rapports sexuels.

Selon l’accusation, il aurait payé à une dizaine de reprises les prestations sexuelles de Karima El Mahroug, alias Ruby, entre février et mai 2010, alors qu’elle était mineure, un délit passible de trois ans de prison en Italie. Tous deux nient avoir eu des rapports sexuels.

Il est également poursuivi pour avoir fait pression sur la police milanaise afin qu’elle libère Ruby, arrêtée pour vol. Il a expliqué par la suite être intervenu pour éviter un incident diplomatique, croyant que la jeune marocaine était la nièce de l’ex-président égyptien Hosni Moubarak.

Lors de l’audience, la défense de Berlusconi "soulèvera les questions préliminaires" de compétence du tribunal de Milan, a indiqué un membre du cabinet Ghedini-Longo.

D’abord une compétence territoriale, car les parties fines autour du magnat des télévisions sont censées avoir eu pour théâtre sa villa d’Arcore, dans la banlieue de la capitale économique et non à Milan même. Mais aussi compétence "fonctionnelle" pour l’abus de pouvoir -délit pour lequel il encourt douze ans de prison- puisque M. Berlusconi aurait agi en sa qualité de chef du gouvernement.

En tout état de cause, Berlusconi a déjà fait savoir qu’il ne se rendrait pas au tribunal mardi.

Il aura d’ailleurs fort à faire au lendemain du second tour des élections municipales qui lui ont infligé une cuisante défaite: son parti a perdu Milan, son fief électoral depuis 18 ans, et échoué à faire basculer Naples, remportée haut la main par le candidat de la gauche. La droite a aussi perdu Trieste, Cagliari, Novare…

Pour montrer qu’il tient solidement le gouvernail, il a convoqué un conseil des ministres dès son retour d’un sommet bilatéral à Bucarest à 10H00 GMT. Il a également convoqué une réunion de la présidence de son parti le PDL qu’il veut relancer avec des états généraux, des primaires et le choix d’un nouveau nom.

Une manière de rebondir alors que l’opposition voit dans le résultat des municipales les prémices de la fin du berlusconisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite