Au moins 58 morts dans une attaque “chimique” en Syrie

L’opposition syrienne a accusé mardi le régime de Bachar al-Assad d’avoir mené une attaque “chimique” qui a fait au moins 58 morts dans un fief rebelle et jihadiste du nord-ouest.

Au moins 11 enfants figurent parmi les personnes tuées dans le raid aérien qui a frappé tôt Khan Cheikhoun, dans la province d’Idleb, a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Le bilan n’a cessé de s’aggraver durant la matinée au fur et à mesure que les victimes, toutes des civils, succombaient "après avoir été transportées dans les hôpitaux", a précisé à l’AFP Rami Abdel Rahmane, le directeur de l’OSDH.

La Coalition nationale, importante composante de l’opposition syrienne, a accusé le "régime du criminel Bachar" d’avoir mené ce raid avec des "obus contenant du gaz chimique". Elle a demandé au Conseil de sécurité de l’ONU de "convoquer une réunion urgente après ce crime et d’ouvrir une enquête immédiate".

Le régime n’avait pas communiqué sur ces frappes à la mi-journée.

L’OSDH a indiqué que les personnes étaient décédées en raison des effets du gaz, notamment par suffocation, mais elle n’était pas en mesure de donner la nature de ce gaz.

Des dizaines d’autres habitants souffrent de problèmes respiratoires et d’autres symptômes.

L’OSDH, basée en Grande-Bretagne et disposant d’un vaste réseau de sources en Syrie, n’était pas non plus en mesure de dire si les raids étaient le fait d’avions de l’armée syrienne ou de ceux de la Russie, allié du régime.

Elle dit habituellement être en mesure de déterminer à qui appartiennent les avions en fonction de leur type, leur localisation et leur munitions.

Avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite