Attentat de Nice: La justice française classe sans suite les plaintes de familles de victimes contre l’Etat et la municipalité de Nice

Le parquet de Nice a annoncé jeudi que les plaintes déposées par 23 familles ou proches de victimes de l’attentat de Nice, pour “mise en danger de la vie d’autrui”, ont été classées sans suite.

Dans leurs plaintes les familles contestaient le dispositif de sécurité mis en place lors des festivités du 14 juillet, mais après une enquête préliminaire conduite depuis septembre dernier, le procureur de Nice Jean-Michel Prêtre a décidé de classer sans suite les plaintes déposées "au motif de l’inexistence d’une infraction pénale"

L’enquête n’a pas permis de conclure à une "violation manifestement délibérée d’une obligation particulière de prudence ou de sécurité" qu’aurait pu avoir commis la préfecture ou la mairie, a-t-il tranché, affirmant que tous les postes de sécurité étaient tenus avec des effectifs suffisants et que le dispositif était conforme aux normes de sécurité.

"Pour que l’infraction soit constituée, il ne faut pas simplement avoir été imprudent mais qu’il y ait eu conscience d’un risque important, que la couverture de ce risque ait été prévue et que le responsable ait sciemment décidé qu’il n’en ferait rien", a-t-il expliqué.

Plus de 30.000 personnes assistaient au feu d’artifice organisé le 14 juillet dernier à Nice, à l’occasion de la fête nationale française, lorsque Mohamed Lahouaiej Bouhlel, un Franco-Tunisien, avait foncé dans la foule avec un camion.

Les plaignants reprochent notamment à l’Etat et à la municipalité de Nice, de ne pas avoir mis en place des contrôles de la circulation des poids-lourds aux abords de la Promenade des Anglais à Nice, où les camions étaient théoriquement interdits.

L’attentat, qui a été revendiqué par le groupe terroriste Daech, a fait 86 morts et plus de 300 blessés.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite