Air Algérie: “pas de piste privilégiée” pour expliquer le crash au

L’enquête sur la chute de l’avion d’Air Algérie, le 24 juillet au Mali, n’a pas permis pour l’instant de parvenir à "une piste privilégiée" expliquant l’accident, a déclaré samedi le Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA) français.

"Pour l’instant, il n’y a pas de piste privilégiée", a indiqué Bernard Boudeille, un responsable du BEA en présentant à Bamako un premier rapport d’enquête sur l’accident, qui avait fait 116 morts, dont 54 Français.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite