9e circonscription des Français à l’étranger: Leila Aichi ou l’investiture qui ne passe pas

L’investiture pour la 9e circonscription des Français à l’étranger de Leila Aichi par le MoDem sous la bannière du mouvement “En Marche!” ne passe pas. Dès son annonce hier, les réseaux sociaux se sont enflammés pour rappeler l’activisme et la propagande auxquels la sénatrice franco-algérienne de Paris se livre en faveur des séparatistes du Polisario.
“Laila Aichi a été investie à la demande de François Bayrou”, a confié à Atlasinfo un proche du président élu Emmanuel Macron.

Dans un post publié sur sa page Facebook, Moustapha Belhaj, s’insurge contre cette désignation et écrit:

"Alors que nous commémorions hier l’abolition de l’esclavage, profitons de l’occasion pour rétablir certaines vérités historiques qui sont loin d’être évidentes pour tous à cette époque où l’on dresse en vertu la superficialité.
Juridiquement, il est vrai que la France a aboli l’esclavage dans les colonies par le Décret d’abolition du 27 avril 1848. Cela étant, on est en droit de se poser les questions suivantes : qu’est-ce qu’un esclave ? La réponse est tout a fait claire et simple à savoir chez Leila Aïchi. La franco-algérienne, sénatrice MoDem, investie par En marche, pour la 9ème circonscription des Français à l’étranger, elle qui roule pour le Polisario et ânonne tout les clichés bidons du pouvoir algérien, connait surement l’affaire remontant à 2007, de la jeune Sahraouie, Soltana Bent Bilal, qui avait déposé une plainte pour esclavagisme contre le chef de la pseudo RASD, Brahim Ghali et qu’en décembre 2008, un juge du haut tribunal de l’Audience nationale espagnole qui pris en main le dossier après une juridiction à Murcie (extrême sud), ensuite le convoquait pour entendre sa version.
Depuis, Brahim Ghali est immédiatement «exfiltré» d’Espagne. Elle qui s’est permis de favoriser l’entrée dans l’honorable institution parlementaire, le Sénat français, de mercenaires regroupés au sein du « Polisario » accusés par Human Rights Watch d’entretenir l’esclavage dans les camps de Tindouf et de recourir à la loi martiale pour museler les opposants, la sénatrice leur a donné ainsi une tribune de propagande pour critiquer l’action française et diffamer le Maroc, apportant en plus, une voix dissonante à la diplomatie française".

Même tonalité sur twitter. Les twittos sont départagés entre l’incompréhension et la colère. Ils pointent également du doigt sa grande capacité à surfer sur les partis politiques. Ecologiste, MoDem de François Bayrou qui l’a investi pour La République en marche" de Macron, ainsi que son alignement total sur la position d’Alger.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite