8 mars : une chaîne de solidarité pour dire “stop à la séquestration des femmes des camps de Tindouf”

Un collectif citoyen a lancé sur les réseaux sociaux, à l’occasion de la Journée Internationale des Droits des Femmes, une chaîne de solidarité virtuelle en direction des femmes séquestrées à Tindouf.

"La communauté internationale célèbre tous les 8 mars la journée mondiale des droits des femmes. Cette célébration ne doit pas nous faire oublier toutes ces femmes séquestrées, privées de liberté et aux droits confisqués retenues contre leur gré à Tindouf", expliquent les initiateurs de cette action de mobilisation.

Avec la création du groupe facebook "Stop à la séquestration des Femmes des camps de Tindouf", des influenceurs et internautes ont lancé cette chaine virtuelle de solidarité, une mobilisation opérationnelle depuis ce mercredi 8 mars et doit se poursuivre jusqu’au 22 du même mois.

"Le principe de la chaîne virtuelle de solidarité est simple. A chaque clic «je participe», la solidarité avec les séquestrées femmes de Tindouf est exprimée. A chaque clic, les consciences sont secouées. A chaque clic, la communauté internationale est interpellée pour mettre fin à ce drame humanitaire", expliquent les initiateurs de cette action dans un communiqué.

Dans cet espace de non droit, derrière les barbelés de fer, les femmes de Tindouf ont besoin de notre solidarité. La situation de femmes privées de liberté à Tindouf requiert notre mobilisation à travers cette chaîne de solidarité, déclarent celles et ceux qui sont à l’origine de cette initiative.

Pour les auteurs de cette action de mobilisation sur la Toile, l’objectif de cette chaîne est qu’aucune femme ne soit retenue contre son gré à Tindouf d’ici le 8 mars 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite